Bilan

Qui sont ces discrets investisseurs?

Certains investisseurs n’hésitent pas à lancer ou réaliser des projets immobiliers jusqu’à plus de 200 millions de francs. Mais ils préfèrent souvent garder l’anonymat.

On ignore l’identité de l’étranger qui a récemment investi dans le Golf Resort La Gruyère.

Crédits: Dr

La Suisse romande foisonne de projets immobiliers, de nouveaux quartiers d’habitation en cours de construction et d’autres réalisations. Mais, dans certains cas, les acteurs de leur financement préfèrent rester dans l’ombre. Rendons-nous d’abord sur les rives du lac de Neuchâtel. «Où est le porteur de ce magnifique projet dont on nous parle?» C’est sous les applaudissements du public venu assister en février dernier à une séance d’information sur le plan d’aménagement de détail (PAD) du site de la Châtelaine qu’un citoyen de Gletterens questionnait son syndic sur l’identité du promoteur qui envisage d’investir entre 120 et 150 millions de francs. 

Son projet consiste à construire un complexe immobilier comprenant des logements, deux cliniques, des restaurants, des espaces dédiés à la culture et un hôtel de haut standing sur une parcelle de 45 000 m2 au centre de laquelle se trouvent une villa de 1000 m2 avec piscine intérieure et une plateforme pour hélicoptère. La Banque Barclays, qui a dû racheter cette propriété en raison des difficultés financières de son client, cherche à la revendre depuis 2012. Et elle aurait donc trouvé un acquéreur prêt à investir. Mais celui-ci veut rester discret. «Il nous a demandé de taire son identité jusqu’à l’approbation du PAD», affirme le syndic Nicolas Savoy. Une attitude qui ne plaît pas du tout à la population de Gletterens.

Déplaçons-nous maintenant au bord du lac de la Gruyère. Là aussi, le projet est ambitieux: un hôtel cinq étoiles avec 80 chambres, des résidences, un grand spa et plusieurs restaurants ainsi que des appartements de luxe et un parcours de golf agrandi et amélioré. Les investissements se montent au total à plus de 200 millions de francs. Huit ans après la présentation initiale du Golf Resort La Gruyère à Pont-la-Ville, les travaux de la première phase du complexe ont été une nouvelle fois reportés. Selon son administrateur Urs Müller, ils devraient démarrer à l’été 2018. 

La cause de ce retard: l’arrivée d’un nouvel actionnaire étranger a nécessité l’obtention d’une autorisation de la Confédération pour que celui-ci puisse acquérir des parts du resort (conformément à la Lex Koller). Son apport est décisif car le groupe français Benedetti, qui est à l’origine de ce projet, avait besoin d’un autre partenaire fort aux côtés d’Urs Müller en raison des difficultés économiques rencontrées dans l’Hexagone. «Nous l’avons trouvé il y a quelques mois. C’est un Asiatique. Nous communiquerons son nom dans les prochaines semaines», promet Urs Müller, qui est aussi actionnaire du complexe. Sur les rives du lac de la Gruyère, on doute néanmoins de plus en plus de la réalisation de ce projet.

Refus de communiquer

A quelques kilomètres de là, Bulle ne cesse de s’agrandir.  Avec environ 800 nouveaux habitants au début de la prochaine décennie, la zone de l’Arsenal de la Pâla est en pleine mutation. Sur une parcelle de 65 000 m2, neuf immeubles de quelque 400 appartements (en location + propriété par étages) et un hôtel trois étoiles comprenant 120 chambres sortiront de terre d’ici à 2020. Deux parkings souterrains d’environ 700 places permettront de libérer le quartier de toute circulation automobile. Coût total: plus de 200 millions de francs. City West a acquis le site de l’Arsenal en 2014. Il appartenait alors à la société Abadia en proie à d’importantes difficultés financières.

Selon le Registre du commerce du canton de Fribourg, le capital de City West est détenu par deux actionnaires dont on ignore l’identité. Selon plusieurs sources concordantes, le principal investisseur n’est autre que Claude Berda, dont la fortune est estimée entre 1,5 et 2 milliards de francs par Bilan. Ce milliardaire figure parmi les plus gros acteurs immobiliers et propriétaires fonciers de Suisse romande. Les intérêts de cet homme d’affaires domicilié en Belgique sont défendus en Suisse par le Genevois Jean-Bernard Buchs. Ni ce dernier ni Claude Berda n’ont répondu à nos sollicitations.

Montons enfin à Sonloup. Au-dessus de Montreux, à une altitude de 1000 m, la vue est somptueuse sur le Léman et les Alpes. Les travaux de réhabilitation d’un ancien hôtel, transformé en une clinique de luxe soignant les addictions (à la drogue,  à l’argent, au jeu, etc.), se poursuivent. Ils ont été estimés à environ 25 millions de francs. Depuis l’été 2014, aucune autre information n’a filtré. Or, le promoteur principal du projet – le Britannique Patrick Wilson – s’est retiré du conseil d’administration de l’Hôtel de Sonloup dans le courant de l’automne 2015. Pour quelles raisons? Un autre investisseur est-il entré en scène? A quelle date la clinique ouvrira-t-elle ses portes?

Bilan a posé ces questions à Me François Chaudet, président du conseil d’administration de cette société et de Clinique Les Alpes. «Pour des raisons de planification cohérente, cette société n’entend pas procéder, en l’état, à une information publique», nous répond l’avocat vaudois. «Celle-ci interviendra ultérieurement, à son initiative», précise-t-il. 

Rien n’oblige les acteurs de ces quatre projets à se dévoiler publiquement, même si leurs opérations se déroulent dans le cadre de sociétés anonymes. Et les Registres du commerce auprès desquels ces dernières sont inscrites ne détiennent aucune information sur l’évolution de leur actionnariat. 

Jean Philippe Buchs
Jean-Philippe Buchs

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Journaliste à Bilan depuis 2005.
Auparavant: L'Hebdo (2000-2004), La Liberté (1990-1999).
Distinctions: Prix Jean Dumur 1998, Prix BZ du journalisme local

Du même auteur:

Comment l’Institut de Glion se développe en Gruyère
Le nouveau défi de Bernard Lehmann

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."