Bilan

Quels sont les albums de Noël les plus vendus de l'histoire?

Frank Sinatra, Bing Crosby, Mariah Carey? Quels sont les albums de Noël les plus vendus de l'histoire? Billboard a comparé les ventes sur le marché américain, de loin le plus important au monde. Et c'est Elvis Presley qui voit son Christmas Album couronné.

Un(e) artiste de l'industrie musicale américaine peut-il faire l'impasse sur un album de chansons de Noël? Importance de la foi ou passage obligé pour les ventes, l'album de Noël est un incontournable pour les chanteurs, chanteuses et groupes outre-Atlantique. Des crooners aux rappeurs en passant par les jazzmen et les rebelles de la vague folk des sixties, tous ont publié un album de chansons pour Noël. Même Bob Dylan, qui pousse son anticonformisme jusqu'à snober le Prix Nobel de Littérature, a écrit et enregistré ne série de chansons pour la Nativité.

Et depuis les premières décennies du XXe siècle avec l'apparition des enregistrements musicaux, cette tendance ne s'est jamais démentie: à chaque nouvelle vague musicale qui veut renverser les traditions établies, certains observateurs annoncent la fin de ces enregistrements où le tintement des clochettes et les références aux personnages traditionnels (Santa Claus, le renne Rudolf, Little Drummer Boy) ne peuvent être évités. Et à chaque fois, ces enregistrements resurgissent. Les rockers des années 1950 qui choquaient les familles traditionelles ont rapidement mis leurs guitares et les batteries au service des ambiances de Noël. Dans les années 1960, les Beach Boys font une infidélité aux plages de Californie avec leur soleil et leur sable pour un album où leurs harmonies vocales s'enchaînent au pied du sapin.

Rebelote dans la décennie suivante: Donna Summer troque les stroboscopes des dancefloors disco contre les guirlandes de Noël avec Winter Melody dès les premiers mois de gloire, imitée quelques années plus tard par Boney M (certes jamaïco-antillais et non pas américains) qui va rencontrer un succès impressionnant avec son Christmas Album, pourtant loin des standards du groupe.

Avec les années 1980, de nouveaux courants musicaux surgissent. Et de tous côtés les singles et albums de Noël surgissent. Du côté du punk, les newyorkais des Ramones sortent Merry Christmas (I don't want to fight tonight) qui va à contre-courant de leur identité combattante, avec un appel à la trêve.

Et les années 1980 sont propices aux albums et singles de Noël. Si Wham! est un groupe britannique, son single Last Christmas (dont le clip a été tourné à Saas-Fee) s'envole au plus haut dans les charts américains. Et l'initiative Band Aid qui réunit des artistes anglo-saxons avec de nombreux artistes américains (Don Henley des Eagles, Brian Wilson des Beach Boys, Robert Bell de Kool & The Gang,...) choisit une chanson de Noël pour collecter des fonds pour les victimes de la famine en Ethiopie avec Do they know it's Christmas? Une initiative renouvelée en 2014 pour aider les victimes d'Ebola.

Toujours le même engouement dans la dernière décennie du XXe siècle avec même un carton monumental pour Mariah Carey quand elle publie son album Merry Christmas avec le tube All I want for Christmas is you. Le titre devient la chanson de Noël la plus vendue par une interprète féminine. Et de nombreux critiques encensent la chanson:  «L'une des quelques additions modernes à l'esprit de Noël» pour The New Yorker, un «standard des vacances» pour Rolling Stone (qui place le titre au 4e rang des Greatest Rock and Roll Songs), «la chanson de Noël la plus populaire de la décennie» selon le Daily Telegraph. L'interprète va jusqu'à tourner deux clips différents pour la chanson, l'un avec son mari de l'époque et l'autre rendant hommage aux groupes féminins des années 1960 (et particulièrement The Ronettes).

Une tradition qui s'éteint avec les dernières années du XXe siècle? Loin s'en faut. Snoop Dogg est même l'un des interprètes les plus prolifiques de titres liés à Noël depuis l'an 2000: entre Twas the Night before, Christmas in the Hood ou Santa Claus is coming to the Ghetto, cette légende du hip-hop renouvelle le genre, de même que Flo Rida qui dégaine un duo avec Trey Songz, revisitant Jingle Bells. Quant au pionnier du genre Kurtis Blow, depuis qu'il s'est lancé dans le hip-hop chrétien suite à un regain de spiritualité, il a publié plusieurs titres et albums liés à la Nativité, qui font suite à son Christmas Rapping paru dès 1980).

Cependant, malgré l'accroissement du marché et des ventes sur différents supports (vinyls, CD, mp3), aucun de ces albums de Noël récents n'a détrôné le n°1 des ventes depuis plusieurs décennies: le King Elvis Presley a vendu plus de 10 millions d'exemplaires de son Christmas Album publié le 15 octobre 1957, chiffre certifié par la Recording Industry Association of America (RIAA). Selon le magazine Billboard, qui a compilé les ventes d'albums de Noël aux Etats-Unis et établi son top 10. Avec cet album, le natif de Tupelo a réussi l'exploit de placer pas moins de cinq singles à la place de n°1 (Blue Christmas, Silent Night, White Christmas, Santa Claus is back in town, I'll be home for Christmas) et cinq autres au 3e rang des ventes de singles. Réédité à plusieurs reprises, Elvis' Christmas Album aurait même dépassé les 20 millions d'unités vendues à travers le monde.

Sur la deuxième marche du podium, un album de jazz: Kenny G's Miracles, sorti en 1994, est l'un des plus grands succès discographiques du célèbre saxophoniste Kenny Gorelick (alias Kenny G). Sur le marché américain, il s'est écoulé à 7,37 millions d'unités, et aurait atteint les 13 millions au total dans le monde, avec un grand nombre de reprises de classiques de Noël (Winter wonderland, White Christmas, Silent Night,...) et une composition personnelle (Miracles).

Pour compléter le podium, deux artistes et trois albums se tiennent autour des six millions d'exemplaires: The Christmas Song par Nat King Cole, et les Mannheim Steamroller avec Mannheim Steamroller Christmas ainsi qu'avec A Fresh Aire Christmas. Si le crooner a connu d'autres très grands succès, les Mannheim Steamroller sont surtout connus pour leurs albums de Noël, le premier paru en 1984 et ayant rencontré un tel succès que le groupe a remis ça quatre ans plus tard avec A Fresh Aire Christmas, qui a à nouveau connu un très grand succès.

Après ce trio de la troisième place vient l'album Noel de Josh Groban, paru en 2007  et qui s'est écoulé à 3,7 millions d'exemplaires dans les mois qui ont suivi, avant de continuer et d'atteindre désormais 5,89 millions d'unités. Au moment de sa sortie, l'album s'est hissé à la place de n°1 des ventes aux USA et a réussi l'exploit de s'y maintenir cinq semaines sans discontinuer.

Aux 7e, 8e et 9e rangs du top 10 de tous les temps figurent trois divas: l'album Merry Christmas de Mariah Carey (avec le tube All I want for Christmas is you) a été vendu à 5,5 millions d'exemplaires, celui de Céline Dion These are special times a atteint les 5,44 millions d'unités vendues, et A Christmas Album par Barbra Streisand suit avec 5,37 millions d'exemplaires vendus. En comptant les ventes physiques et les téléchargements, All I want for Christmas is you a été vendu 2,6 millions de fois en plus des ventes de l'album: le record absolu de tous les temps pour une chanson de Noël.

Lire aussi: Des biopics pour relancer les ventes d'albums

Les deux premiers datent des années 1990 (1994 pour Mariah Carey, 1998 pour Céline Dion). Celui de Barbra Streisand est plus ancien et date de 1967 et a atteint la barre des 5 millions d'exemplaires vendus en mai 1999. Au XXIe siècle, près de 370'000 autres unités ont été écoulées.

A la 10e et dernière place de ce top 10, il faut remonter le temps d'une décennie encore par rapport à Barbra Streisand et arriver en 1958. Un an après l'album d'Elvis Presley, Johnny Mathis publie un album intitulé Merry Christmas. Le crooner à la voix de velours va en vendre 5,24 millions d'exemplaires, après avoir atteint (lui aussi) la barre des cinq millions en 1999.

Lire aussi: Comment Beyoncé a vendu un nouveau million d'albums

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."