Bilan

Quelles sont les entreprises suisses qui créent le plus d'emplois?

L'Office fédéral de la statistique (OFS) vient de recenser 4594 entreprises à forte croissance en termes d'emplois entre 2011 et 2014. Dans quels secteurs et quels cantons se situent ces sociétés qui recrutent à tour de bras et sur le long terme?

Les entreprises à forte croissance étaient 4594 en Suisse sur la période 2011-2014.

Crédits: Image: Fotolia

C'est une nouvelle mesure que l'Office fédéral de la statistique (OFS) vient de publier ce lundi 6 mars: la première étude sur les entreprises à forte croissance se penche sur les sociétés qui recrutent fortement et durablement, créant de nombreux emplois nouveaux. Issu du monde anglo-saxon, le concept «high growth» s'applique aux entreprises dont les effectifs sont au moins de dix collaborateurs et ayant enregistré sur trois années consécutives une hausse de 10% des effectifs.

Lire aussi: Tinder, Pokemon Go, Snapchat: les recruteurs innovent

Pour la période 2011-2014, sur laquelle cette première étude du genre en Suisse est réalisée, l'OFS a recensé 4594 entreprises «à forte croissance», ce qui représente 7,7% des entreprises suisses ayant au moins dix emplois. Celles-ci ont contribué à la création de 88'245 postes de travail sur ces trois années.

Le secteur tertiaire sur-représenté

Au niveau sectoriel, le secteur primaire est quasiment absent de ces 4594 entreprises. Le secteur secondaire concerne un peu plus d'un quart du chiffre, tandis que près des trois quarts des sociétés concernées sont actives dans le tertiaire. Ce dernier secteur est légèrement mieux représenté: si 7,7% des entreprises suisses de plus de dix collaborateurs sont «à forte croissance», elles sont 8,2% dans le tertiaire. A contrario, l'industrie est légèrement sous-représentée: 6,8% des entreprises de plus de dix collaborateurs dans le secteur secondaire sont «à forte croissance».

L'analyse par branches d'activités permet de distinguer certains secteurs tirés par un grand nombre de sociétés «à forte croissance»: ces dernières sont particulièrement présentes dans le domaine de l'information et de la communication (13,8% d'entreprises «high growth»), les activités immobilières et de services (12,5%) et les activités spécialisées et scientifiques (9,9%).

Lire aussi: Les sciences et la technique recrutent en Suisse

Cependant, si l'hébergement/restauration est le domaine comprenant le taux le plus bas d'entreprises «à forte croissance» (4,9%), c'est aussi la branche qui a vu son taux de croissance moyen annualisé de l'emploi le plus élevé sur la période avec près de 23%, devant le transport/entreposage et les autres activités de service. A contrario, le secteur information/communication dépasse à peine les 17,5% de croissance moyenne annualisée de l'emploi, et les activités spécialisées et scientifiques sont même sous la moyenne suisse avec moins de 17% de croissance annualisée.

Les entreprises à forte croissance par secteur d'activité

Au niveau géographique, deux cantons romands se placent au sommet du palmarès: le Jura compte 10,7% d'entreprises «à forte croissance» et Genève en compte 10%, devançant Bâle-Ville (9,7%). A l'autre bout du classement: les grands cantons alpins que sont le Valais (5,6%) et les Grisons (5,3%). En valeurs absolues, c'est évidemment le canton de Zurich qui présente le plus grand nombre d'entreprises «à forte croissance» en Suisse.

Les entreprises «à forte croissance» par cantons

Enfin, au niveau de la typologie des entreprises, ce sont les sociétés comptant 20 à 49 collaborateurs qui enregistrent le taux le plus élevé de compagnies «à forte croissance»: près de 13% d'entre elles sont «à forte croissance», contre 11% des entreprises de 50 à 99 employés, 9,5% de celles de 100 à 199 postes,... Parmi les entreprises comptant plus de 1000 collaborateurs, les sociétés «à forte croissance» ne sont plus que 3,6%, moins que dans la catégorie des compagnies de 10 à 19 postes (4,1%).

Les sociétés «à forte croissance» par taille d'entreprise

Parmi les enseignements à tirer de cette première étude du genre, on se rend compte que ce sont les entreprises à orientation technologique et/ou scientifique qui ont fortement contribué à leur échelle à la création d'emplois, dont les start-up nées sur les campus des écoles polytechniques, des universités et des hautes écoles du pays. Impression confirmée à la fois par la taille des entreprises «à forte croissance» et par les secteurs d'activités ou certains des cantons (Zurich, Genève, Vaud). Mais c'est sur la durée que ces éléments trouveront confirmation. Il sera donc intéressant de voir les prochaines éditions de cette étude, notamment sur la période 2014-2017, largement impactée par l'abandon du taux plancher et le renforcement du franc.

Lire aussi: La création d'entreprises a bondi en Suisse romande en 2016

«»

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."