Bilan

Quel prix pour le baril de pétrole en 2018?

Le 9 janvier 2018, l’Agence d’information sur l’énergie (statistique du département américain) a publié ses prévisions sur l’évolution du prix du pétrole. Elle estime que l’offre globale sera supérieure à la demande pour ces deux prochaines années. L’or noir devrait donc s’échanger autour de 60$-61$.

Les intérêts des pays producteurs de pétrole sont divergents et les politiques de ceux-ci devraient déterminer les variations du prix de l'or noir.

Crédits: AFP

Le prix du pétrole est difficile à prédire. Des facteurs aussi bien objectifs (la géopolitique au Moyen-Orient, la politique de l’OPEP, la demande croissante de la Chine) que subjectifs (psychologie humaine et spéculation) sont à prendre en considération. S’il est impossible d’anticiper son prix avec certitude, plusieurs éléments peuvent nous aider à comprendre son évolution future.

Lire aussi: L’Arabie prépare l’après-pétrole

Depuis son plus bas en février 2016, lorsque le brut s’échangeait à 26 $ le baril, son cours a pris plus de 160% en se hissant décembre dernier à 68 $. Le 19 janvier, le Brent s’échangeait à 69,22 $ sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres.

Cinquième déficit budgétaire pour l'Arabie Saoudite

De nombreux facteurs concomitants expliquent la hausse récente du prix du baril. Il y a tout d’abord le tarissement plus important que prévu des réserves américaines. Mais également, la prolongation jusqu’à fin 2018 de la politique menée par l’OPEP et la Russie. Celle-ci vise à limiter la production mondiale pour faire monter les prix. L’Arabie Saoudite et la Russie ont un intérêt vital à ne pas voir les cours s’effondrer. Le budget russe est à l’équilibre lorsque le baril franchit la barre des 68$.

L’Arabie Saoudite, de son côté, annonce pour la cinquième année consécutive, un déficit budgétaire. L’époque où ce pays inondait le marché mondial pour gagner des parts de marché et mettre à mal l’industrie américaine (pétrole de schiste) semble révolu. D’autres causes conjoncturelles ont pu accentuer la tendance haussière de ces derniers mois. Il y a la baisse du dollar face à l’euro, la fraîcheur de l’hiver ou dernièrement les problèmes rencontrés par le pipeline Forties en mer du Nord.

Le cours du Brent

Lire aussi: Pétrole: les Etats-Unis joueront un rôle-clé

Un certain nombre d’analystes reste cependant sceptiques quant au maintien de ces prix sur la durée. À l’instar de Peter Rosenstreich, responsable des stratégies de marché chez Swissquote. Le baril est selon lui à son plus haut niveau: «On constate à chaque augmentation des prix sur les marchés [du pétrole], une augmentation exponentielle de la production américaine ». Il ajoute : « il est fort à parier que les Américains soit le principal acteur à faire pression contre une éventuelle montée des prix en 2018».

Augmentation de la production de 11%

En effet, les États-Unis sont devenus en quelques années un acteur incontournable dans la production mondiale de pétrole. L’innovation est au cœur de la stratégie américaine et tant pis pour l’impact écologique qu’elle engendre. La fracturation hydraulique et le forage horizontal permettent désormais l’extraction de zones qui étaient jusqu’à présent inexploitables. Certaines estimations optimistes suggéreraient que les États-Unis soient passés devant l’Arabie Saoudite quant aux réserves de pétrole exploitable.

Pour l’année 2018, les prévisions de l’Agence d’information sur l’énergie (AEI) indiquent une augmentation de la production de 11 % s’élevant à 10,3 millions de barils par jour. Cela représente la plus grosse augmentation de la part des pays producteurs. En outre, ils ont réussi à drastiquement diminuer leur seuil de rentabilité. Celui-ci est passé d’une fourchette située entre 80 $ et 60 $ à 60 $ et 40 $. Un seuil qui était encore inimaginable, il y a quelques années.

S’il est impossible de prédire le prix de l’or noir avec certitude pour cette nouvelle année, il est en revanche admis que les États-Unis joueront un rôle prépondérant pour maintenir son prix sous la barre des $ 65.

Lire aussi: La soif de pétrole s'étanche en 2017 mais les USA produiront plus

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."