Bilan

Quand les enfants deviennent entrepreneurs

Utiliser les outils des adultes pour que les enfants se muent en entrepreneurs: c'est le concept de Graines de HEC, l'événement organisé la semaine dernière par Laurence Halifi et Nadine Reichenthal sur le campus de l'Université de Lausanne.
  • Des jeunes de 8 à 18 ans ont pu expérimenter en accéléré le processus entrepreneurial.

    Crédits: Image: Stephanie Page
  • Accompagnés par des coachs, les jeunes ont trouvé des idées, affiné leur projet, constitué des équipes, mené une étude de marché, réalisé un pitch,...

    Crédits: Image: Stéphanie Page
  • Les jeunes ont pu s'appuyer sur les outils et procédés mis au point par les experts de l'entrepreneuriat, dont les Lausannois Yves Pigneur et Alex Osterwalder.

    Crédits: Image: Stéphanie Page
  • Des idées originales et très intéressantes sont sorties de la séance de brainstorming avec les jeunes.

    Crédits: Image: Stéphanie Page
  • Plus que la volonté de pousser ces jeunes vers l'entrepreneuriat à tout prix, les organisateurs souhaitent donner des outils aux jeunes pour le cas où ces derniers voudraient se lancer.

    Crédits: Image: Stéphanie Page

Value proposition, business model, étude de marché, analyse pain & gain, pitch,... autant d'étapes que suivent les entrepreneurs pour passer d'une idée à une société viable. Mais généralement, ces créateurs d'entreprises sont adultes et ont achevé leur cursus scolaire et leur formation. En lançant Graines d'entrepreneurs, Laurence Halifi et Nadine Reichenthal ne «voulaient pas pousser des enfants à devenir chefs d'entreprise, mais leur donner les outils pour le jour où ils se lanceront».

Lire aussi: «Créer un écosystème de l'entrepreneuriat suisse dès le plus jeune âge»

Au fil des mois, le concept né au Collègue Champittet, s'est peu à peu étendu et touche aujourd'hui neuf établissements scolaires romands. «Le contrat que nous passons avec quasiment tous les établissements c'est qu'ils ouvrent ces sessions aux élèves extérieurs à l'école, tout en réservant en général les deux tiers des places à leurs élèves», explique Nadine Reichenthal. «Après s'être répandu en Suisse, notre concept s'exporte: Île-de-France déjà et très prochainement le Nord-Est des Etats-Unis, où nous avons présenté et rencontré un écho favorable au MIT de Boston», renchérit Laurence Halifi.

Plus de candidatures que de places

Ce mercredi, c'est sur le campus de l'Université de Lausanne, en partenariat avec HEC-UNIL, que des enfants ont pu vivre en accéléré le processus de création d'entreprise. Arrivés à 13h30, ils ont rencontré leurs coachs, découvert les outils, défini des thématiques et émi des idées de business. Voitures volantes, t-shirts connectés pour détecter les données médicales, système de lutte contre la fraude, solution pour enrayer la progression de la maladie de Parkinson, dispositifs pour aider les arbitres lors des matchs de football,... les projets ont fusé. «Deux domaines rencontrent toujours un succès fou quand on organise ce type d'événement avec des enfants: le social et la technologie. On a vraiment la sensation que les jeunes veulent utiliser l'innovation pour créer et donner du sens à leurs projets», constate Nadine Reichenthal.

Et cette envie semble largement partagée. Alors que les deux organisatrices, soutenues par la CVCI, l'Université de Lausanne et l'association des alumni de HEC Lausanne, avaient prévu 25 places, elles ont été dépassées par les demandes: «Nous avons reçu plus de 70 candidatures. Pour des raisons pratiques, nous n'avons pas pu accepter tout le monde mais nous avons voulu faire un geste: nous avons passé le seuil à 40 participants, en réduisant le pitch de cinq à trois minutes et en limitant le jury à une question», glisse Nadine Reichenthal.

Lire aussi: A 12 ans, je rêve de changer le monde

Une fois les neuf équipes constituées, les coachs ont aidé les entrepreneurs en herbe à mener les différentes étapes du projet. Tout au long de l'après-midi, ils ont écouté les jeunes, suggéré des pistes, conseillé les équipes qui se posaient des questions,... «Nous utilisons de nombreux outils, dont ceux imaginés et définis par Yves Pigneur et Alex Osterwalder ici même à Lausanne», précise Nadine Reichenthal. Après les premières étapes en petit comité, les enfants ont quitté leur quartier général et se sont rendus à la rencontre des étudiants de l'UNIL pour les interroger et réaliser ainsi leur étude de marché. Forts de leurs retours, ils ont pu affiner le projet voire le corriger radicalement.

Les questions du jury

Et en fin de journée, devant leurs parents et un jury composé de professionnels, ils ont pu pitcher, se prêtant même à un jeu de questions-réponses assez délicat: «Quel sera le coût de votre produit?», «Quel est votre clientèle cible?», «Comment comptez-vous générer des revenus?»,... des interrogations ardues pour des enfants dont les plus jeunes viennent à peine de souffler leurs huit bougies et dont les aînés sont des adolescents. Mais un exercice dont ils se sont sortis avec une audace et une assurance à faire pâlir de jalousie leurs aînés.

«Au sujet des âges, il est intéressant de noter que les équipes sont très mélangées, avec des très jeunes et des adolescents. Et ce qu'on remarque, c'est que des enfants de 9 ans maîtrisent mieux certains outils ou certaines solutions que des jeunes de 16 ou 17 ans», constate Nadine Reichenthal.

Reste désormais pour les plus audacieux à mûrir cette idée, à la perfectionner dans les mois et années à venir, à acquérir les compétences qui manquent encore pour la réalisation. Et peut-être qu'un jour certaines idées nées ce mercredi après-midi sur le campus de l'UNIL du brainstorming d'enfants verront le jour et révolutionneront le monde?

Lire aussi: START attend ses nouveaux lauréats

 

 

«»

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."