Bilan

Quand l’Etat concurrence le privé

En mains publiques, le producteur et distributeur d’électricité bernois BKW se diversifie dans les techniques du bâtiment et fait de l’ombre aux entreprises privées de la branche.

BKW vient de racheter la Zurichoise enerpeak, qui a réalisé notamment la planification électrique des cinémas Pathé à Berne.

Crédits: Dr

Où s’arrêtera la politique d’acquisitions de BKW?

Au cours de ces dernières années, le producteur et distributeur d’électricité bernois a racheté une quarantaine de sociétés actives dans les services et techniques du bâtiment (installateurs de panneaux solaires, chauffagistes, etc.). 

La dernière opération en date remonte au 19 octobre 2017 avec la reprise de la firme zurichoise enerpeak, présente dans la planification électrique. 

Dix jours auparavant, BKW annonçait qu’il louera dès le 1er juillet 2018 le bâtiment de Gobet Meubles à Bulle (FR) afin d’y installer son siège romand. Environ 120 collaborateurs y travailleront.

Si d’autres énergéticiens cherchent également à diversifier leurs activités, BKW est celui qui a agi le plus rapidement. Au 1er semestre de cette année, les recettes encaissées dans les prestations de services ont nettement augmenté et ont contribué, avec 332 millions de francs, à un quart du chiffre d’affaires total. 

Cette stratégie est cependant vertement critiquée par le Secrétariat d’Etat à l’économie (Seco) et l’Usam (Union suisse des arts et métiers) qui défend les intérêts des PME. La raison? Une société contrôlée par l’Etat – BKW est détenue majoritairement par le canton de Berne (52,5% du capital) – concurrence des entreprises privées avec les revenus réalisés dans la vente d’électricité à ses clients captifs (petites PME et ménages). 

«Lorsque l’Etat est majoritaire, on peut se demander dans quelle mesure cette stratégie d’acquisition tant vantée est bien judicieuse du point de vue économique. Autrement dit, une entreprise proche de l’Etat, bénéficiant de la garantie étatique, peut-elle s’étendre à l’envi sur des marchés de services privés qui fonctionnent bien?», s’interrogeait récemment Eric Scheidegger, chef de la direction de la politique économique au Seco. «A chacun son métier, tel est le principe que se doivent d’appliquer les entreprises publiques», relève de son côté l’Usam. 

Quant aux acteurs indépendants présents dans les techniques du bâtiment, ils préfèrent rester discrets. De peur de perdre des mandats que pourrait leur octroyer BKW. Certains n’hésitent pas à parler de concurrence déloyale. «C’est un scandale. La politique de l’énergéticien bernois pourrait conduire des entreprises à la faillite en raison de sa connaissance du marché et des avantages que lui procurent ses activités dans la distribution de l’électricité. Sa puissance de feu est considérable», lance un entrepreneur qui exige l’anonymat. Interrogée par Bilan, la Commission fédérale de la concurrence (Comco) affirme qu’elle n’a reçu aucune plainte relative aux activités de BKW sur le marché des services.  

Boom en bourse

Dans plusieurs interviews publiées dans la presse, la directrice générale de BKW Suzanne Thoma estime que cette diversification est capitale pour assurer l’avenir du groupe sur des bases solides. Elle vise
à permettre à l’énergéticien d’être moins dépendant des fluctuations de la conjoncture et du marché de l’électricité. La bourse salue ce virage. L’action s’est envolée de 27 à 62 francs entre janvier 2015 et octobre 2017. 

Face aux critiques, la société bernoise reste de marbre. «BKW est une société anonyme de droit privé cotée en bourse depuis 2003. En tant que telle, elle doit agir comme une entreprise et doit aspirer au gain», réplique Tobias Fässler, chef de la communication. «Cette liberté économique, insiste-t-il, s’applique à toutes les entreprises, incluant celles dont l’Etat est l’actionnaire majoritaire.»  

Jean Philippe Buchs
Jean-Philippe Buchs

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Journaliste à Bilan depuis 2005.
Auparavant: L'Hebdo (2000-2004), La Liberté (1990-1999).
Distinctions: Prix Jean Dumur 1998, Prix BZ du journalisme local

Du même auteur:

Comment l’Institut de Glion se développe en Gruyère
Le nouveau défi de Bernard Lehmann

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."