Bilan

Quai des Bergues à Genève: les commerces reviennent

Avec l’arrivée de nouvelles enseignes prestigieuses, l’artère nouvellement aménagée va-t-elle concurrencer la mythique rue du Rhône ?
  • Le quai des Bergues connait un renouveau depuis la fin des chantiers de réaménagement. 

  • L'arrivée de plusieurs enseignes prestigieuses est attendue au mois de mars au quai des Bergues.

  • Le quai des Bergues: nouvel eldorado des commerçants genevois?

L’ensoleillement, des prix encore «accessibles» (comparés à ceux de la rue du Rhône), un panorama exceptionnel et aujourd’hui des travaux partiellement terminés font du quai des Bergues le nouvel «eldorado» des commerçants genevois. Cette rive droite qui fut longtemps boycottée au profit de la gauche retrouve des couleurs, notamment depuis la fin des travaux de réaménagement qui avaient bloqué son accès durant presque une année.

Lire aussi: Le National vote une libéralisation de l'ouverture des commerces

Après l’arrivée il y a quelques mois de la boutique Ladurée, de la banque Syz et du flaghip store Breitling, le quai des Bergues (dont l’Hôtel Four Seasons est l’emblème) accueillera de nombreuses nouvelles enseignes à partir du mois de mars. Premièrement, le chocolatier Favarger fait son grand retour après avoir fermé ses portes suite aux différents chantiers. La galerie d’art internationale Pace inaugurera sa toute première installation en Suisse après avoir participé à Art Genève début février. Sur 333 m2, la nouvelle enseigne exposera l’œuvre de Sol LeWitt, Louise Nevelson et Adam Pendleton du 21 mars au 4 mai prochains, de quoi satisfaire les férus d’art.

Perte entre 20 et 30% du chiffre d'affaires

Et puis, deux acteurs de la restauration ouvriront non loin de là, entre la rue Rousseau et le Quai des Bergues: sous l’impulsion d’Eric Becker, propriétaire de la boutique de vêtements sur mesure Scabal, d’Olivier Betti et de la famille Ryser, propriétaire de la fromagerie Bruand, une épicerie fine proposera prochainement des produits du terroir sous le nom de Bruandises. «L’idée était de mettre en avant les meilleurs artisans locaux, de proposer des produits exceptionnels tout en redynamisant le quartier», explique Eric Becker. Non loin de là, les caves Mövenpick font aussi leur grand retour à la Place de Chevelu afin de proposer une grande sélection de crus.

Lire aussi: A l'aéroport de Genève, les commerces sont à la peine

Et puis trois arcades de luxe vont être libérées afin d’attirer de nouveaux locataires. «Nous croyons beaucoup dans le renouveau de cette rive», commente Eric Becker qui regrette avoir perdu entre 20 et 30% de son chiffre d’affaires l’an dernier comme la plupart des autres commerçants, du fait des travaux et notamment des palissades devant les immeubles et également de l’interdiction de circuler.

«Durant des mois, cette artère prioritaire a fait l’objet de retards de chantiers qui ont largement pénalisés ses commerçants regrette également le conseiller municipal PLR en Ville de Genève et actuel candidat au Grand Conseil Vincent Subilia. Ce lieu emblématique a été victime d’une gestion désastreuse des politiques d’aménagement en Ville de Genève», regrette celui qui est également l'auteur d’une motion pour améliorer le revêtement des rues basses, et donc leur convivialité en relançant le commerce de proximité.

Une quinzaine de commerces ont dû mettre la clef sous la porte

«Les politiques oublient systématiquement de prendre en compte les commerçants dans leur logique urbanistique», regrette Vincent Subilia. «Il faut absolument remettre des commerces au centre-ville», abonde Eric Becker. Ce dernier met en garde: «Suite à l’interdiction d’accéder à la vieille ville, symbolisée par une borne à la rue Saint-Léger, une quinzaine de commerces ont dû mettre la clef sous la porte. Sans compter l’agressivité des contractuels qui découragent les citoyens à se rendre dans les commerces de proximité.»

Ainsi, avec un accès à nouveau autorisé pour les véhicules, quelques places de parking et l’arrivée de nouveaux acteurs, cette artère unique qui longe le Rhône pourrait bien connaître un second souffle dès le printemps 2018.

Lire aussi: Les commerces fribourgeois pourront fermer à 17h00 le samedi

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."