Bilan

Projet du Pré-du-Stand: Pierre Maudet pas impliqué

L’analyse du dossier indique que le conseiller d’Etat genevois n’a joué aucun rôle dans un projet de réaménagement de la zone Pré-du-Stand au Grand-Saconnex.

Le 10 avril 2014, les trois départements membres du comité de pilotage (COPIL) du projet entérinent le projet du pôle football sur le secteur du Pré-du-Stand. Rappelons que Pierre Maudet dirige le Département de la sécurité et de l’économie, un département qui n’a pas été impliqué dans ce COPIL.

Crédits: keystone

Parmi les multiples critiques entendues à l’encontre du conseiller d’Etat genevois Pierre Maudet, il y a le dossier du changement de zone au lieu-dit « Pré-du-Stand » au Grand-Saconnex (GE). Selon certains, l’élu aurait favorisé l’entrepreneur Magid Khoury et son groupe Capvest pour qu’il obtienne le mandat pour valoriser les futures surfaces administratives et commerciales. Notre analyse des documents officiels relatifs à ce projet prouve que ces attaques ne tiennent pas la route. Voici pourquoi.

Première constatation : Capvest n’a été aucunement partie prenante dans le processus qui s’engage en 2014-2015 entre l’Etat de Genève (Office d’urbanisme, Service des sports et l’Office des bâtiments), la Commune du Grand-Saconnex, l’hoirie Tissot propriétaire des terrains et le Servette FC. C’est en effet en 2010 déjà que ce secteur est choisi pour y créer du logement et une zone d’activités. On en trouve la trace dans la carte que nous reproduisons ci-dessous. Il s’agit du Plan directeur 2030 qui date de mai 2011. 

Au vu de l’impossibilité de réaliser des logements (nuisances sonores importantes vu la proximité de l’autoroute A1 et de l’Aéroport International de Genève), il est envisagé dès 2012-2013 d’étendre le Centre sportif du Blanché et de réaliser un complexe sportif d’importance cantonale. Le 24 mars 2014, le Comité de Pilotage (Le COPIL réunit le Département de l’aménagement et du logement dirigé par Antonio Hodgers, le Département de l’instruction publique d’Anne Emery Torracinta et le Département des finances présidé par Serge Dal Busco) valide le fait de localiser le pôle football sur le secteur du Pré-du-Stand.


Le DIP est impliqué dans ce dossier du fait que le Cycle d’orientation du Renard doit déménager sur les terrains de Balexert utilisés actuellement par le FC Servette, lequel viendrait au Pré-du-Stand. Quant au Département des finances, sa présence au sein du COPIL s’explique par le fait qu’il y aura une subvention liée au déménagement du Servette FC. Rappelons que Pierre Maudet dirige le Département de la sécurité et de l’économie, un département qui n’a pas été impliqué dans ce COPIL. Le 10 avril 2014, les trois départements membres de ce COPIL entérinent le projet du pôle football sur le secteur du Pré-du-Stand.

Seconde constatation : l’idée d’un voyage à Abu Dhabi de Pierre Maudet est évoquée en juillet 2015, lors d’un déplacement officiel à Dubaï. Ce déplacement aura finalement lieu en novembre 2015, soit avant que le projet du Pré-du-Stand ne soit porté à la connaissance de Magid Khoury et de Capvest. En effet, la société Créateurs Immobiliers (CI) dirigée par François Dieu (un ancien dirigeant d’Implenia) est sollicitée par le Servette FC en mars 2014 pour analyser la faisabilité du projet de déplacement du centre d’entrainement de Balexert au Pré-du-Stand et apporter son expertise en structuration économique, juridique et foncière du projet de partenariat public-privé à mettre en œuvre en l’absence d’une volonté de financement public de la totalité du centre d’entraînement. En parallèle, le Servette FC a également sollicité les architectes De Giuli & Portier pour apporter leur expertise en matière d’architecture. Dès le 6 mai 2014, CI et le bureau d’architectes participent aux ateliers partenaires regroupant les différentes entités.

Troisième constatation : Ce n’est qu’à fin janvier 2016, que Magid Khoury (Capvest) est approché par François Dieu (société CI). Les premières discussions débutent en février 2016.  Avant cela, les grands principes de l’image directrice (90 000 m2 de surfaces de plancher d’activités et cinq terrains de football) avaient déjà été fixés et la société CI avait élaboré les plans financiers initiaux définissant les conditions d’équilibre économique du partenariat public-privé pour les immeubles d’activités. 

>> À lire aussi: Géraldine Savary: un immense malaise

Le 21 janvier 2016, l’hoirie Tissot informe CI qu’elle a reçu une offre de Losinger-Marazzi, mais qu’elle souhaiterait obtenir d’autres offres pour comparer les conditions économiques offertes. C’est alors que CI approche Capvest pour voir si cette dernière aurait un intérêt à se porter candidate à l’investissement, en conservant les équipes de mandataires en place, ce qui était une condition prioritaire exprimée par l’hoirie Tissot pour la vente. Relevons que Capvest n’est pas signataire de la Convention de planification qui avait été signée en avril 2017 entre l’hoirie, l’Etat, le Grand-Saconnex et le Servette FC.

Quatrième constatation : Capvest (Magid Khoury) va signer en mars 2017 une convention de vente et de planification avec l’hoirie Tissot. Les services de l’Etat de Genève ne sont pas parties prenantes de cette convention strictement privée.

Cinquième constatation : Lorsque le Conseil d’Etat a adopté le projet de loi attribuant une subvention d’investissement de 9,5 millions de francs à la Fondation 1890 pour la réalisation du pôle football, Pierre Maudet n’est qu’un des sept conseillers d’Etat à prendre position. Ce dossier, présenté par le COPIL, n’était pas de sa compétence. Enfin, relevons qu’au final, c’est le Grand Conseil qui devra ou non approuver le projet de loi PL 12293 et non le Conseil d’Etat. A ce propos, après son examen en commission d’aménagement, ce PL a été accepté par 9 voix (2 S, 2 PDC, 4 PLR, 1 UDC), 5 contre (2 Ve, 2 MCG, 1 Ensemble à Gauche) et une abstention (1 S). Autant d’éléments qui tendent à rendre improbable l’intervention de Pierre Maudet dans ce dossier pour favoriser Capvest d’une quelconque manière.

Serge Guertchakoff

RÉDACTEUR EN CHEF ADJOINT À BILAN

Lui écrire

Serge Guertchakoff est rédacteur en chef adjoint à Bilan et auteur de quatre livres, dont l'un sur le secret bancaire. Journaliste d'investigation spécialiste de l'immobilier, des RH ou encore des PME en général, il est également responsable du supplément Immoluxe et du numéro dédié aux 300 plus riches.

Du même auteur:

Le capital-investissement connaît un renouveau en Suisse
Le Geneva Business Center de Procter & Gamble récompensé pour ses RH

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."