Bilan

Pour 2013, la BNS inscrit une perte de 9,1 milliards

Plombée par la baisse du cours de l'or, la BNS avait indiqué en janvier qu'elle ne verserait pas de dividendes à la Confédération et aux cantons pour la première fois depuis sa création en 1907.

Depuis 1921, les dividendes versés par la BNS à ses actionnaires étaient inchangés et se montaient à 1,5 million de francs suisses.

Crédits: Keystone

La Banque nationale suisse (BNS) a essuyé l'an dernier une perte nette de 9,1 milliards de francs, plombée par la chute du cours de l'or. L'institut d'émission monétaire avait réalisé un bénéfice de 6 milliards en 2012.

Le résultat publié vendredi est conforme à l'estimation formulée début janvier d'une perte de l'ordre de 9 milliards de francs. La Banque nationale avait provoqué la stupeur en annonçant à cette occasion qu'elle ne verserait pas de dividendes à la Confédération et aux cantons au titre de l'exercice, pour la première fois depuis sa création en 1907.

La plupart des grands argentiers cantonaux tablaient en effet sur la manne de la BNS. Le manque à gagner pour les cantons se monte à 667 millions de francs. La Confédération se voit quant à elle privée de 333 millions.

PAS DE DIVIDENDES

Après l'attribution de 3 milliards de francs à la provision pour réserves monétaires, le résultat annuel distribuable atteint -12,1 milliards. La perte s'avère ainsi nettement supérieure à la réserve pour distributions futures qui se monte à 5,3 milliards, rappelle la BNS dans son communiqué.

Les comptes de la BNS ont particulièrement souffert de la chute du cours de l'or. Le stock de métal jaune inchangé de 1040 tonnes a accusé une moins-value de 15,2 milliards de francs.

Le prix du kilogramme a plongé d'environ 30% en un an pour tomber à 34'195 francs à fin 2013. La chute du cours de l'or s'explique principalement par le désintérêt des investisseurs financiers dans un contexte d'apaisement de la crise économique.

PLONGEON DU COURS DE L'OR

Selon les analystes, l'or n'a plus joué son rôle de valeur-refuge, les investisseurs délaissant ce placement au profit des actions. Les tensions autour de la situation en Ukraine ont toutefois porté cette semaine le métal jaune à son niveau le plus élevé depuis quatre mois.

Les positions en monnaies étrangères de la Banque nationale ont en revanche généré un bénéfice de 3,1 milliards.

D'une part, les titres et les instruments de participation ont bénéficié du contexte boursier favorable, contribuant au résultat à hauteur de 13,7 milliards. Le produit des intérêts et le produit des dividendes, tirés des placements de devises, se sont élevés respectivement à 6,9 et 1,7 milliard.

APPORT DU FONDS DE STABILISATION

D'autre part, la hausse des taux d'intérêt a provoqué des pertes de cours de 8,7 milliards de francs sur les titres porteurs d'intérêts et les instruments sur taux d'intérêt, alors que les pertes de change se sont inscrites à 10,5 milliards.

Les gains de change tirés des placements en euros n'ont pas pu compenser les pertes essuyées sur les autres monnaies de placement, principalement sur le yen japonais et le dollar des Etats-Unis, explique la banque centrale.

La BNS a également bénéficié l'an dernier de la vente du fonds de stabilisation à UBS, créé en 2008 pour aider la grande banque à sortir du piège des subprimes aux Etats-Unis. L'opération, conclue en novembre 2013, s'est soldée par un gain de 3,4 milliards de francs.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."