Bilan

Pétrole: les Etats-Unis joueront un rôle-clé

D’ici la fin de la prochaine décennie, les Américains deviendront un pays exportateur net d’or noir. Ce qui risque de bouleverser les relations géopolitiques.

Le pétrole de schsiste a déjà commencé à transformer le marché du pétrole.

Quand on parle de l’or noir, les regards se tournent immédiatement vers le Moyen-Orient. Or, aujourd’hui, ils devraient plutôt se diriger vers l’Amérique du Nord où le pétrole de schiste révolutionne le marché. «Nous entrons dans une nouvelle ère», n’hésitent pas à relever les auteurs du dernier rapport annuel de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) publié récemment. Parmi les changements-clés figure le rôle déterminant que jouent les Etats-Unis.

Lire aussi: Pétrole: l'AIE anticipe une reprise des investissements dans l'amont

Si les projections de l’AIE se confirment, l’augmentation de la production pétrolière qu’enregistreront les Etats-Unis entre 2010 et 2025 constituera un record encore jamais atteint par un seul pays dans l’histoire sur une aussi courte période. D’ici à cette date, la hausse de sa production, qui doublera, représentera 80% de l’augmentation de l’offre mondiale.

Stabiliser les prix du pétrole entre 50 et 70 dollars d’ici à 2040

Grâce au développement de l’exploitation du gaz et du pétrole de schiste, les Etats-Unis deviendront, au milieu des années 2020, le plus important exportateur net de gaz naturel liquéfié (GNL) de la planète et, quelques années plus tard, le plus grand exportateur net d’or noir. Selon l’AIE, les Américains seront alors «le leader incontesté de la production de pétrole et de gaz. L’ordre mondial actuellement établi sera bouleversé.»

D’après l’AIE, la hausse de la production outre-atlantique permettra de stabiliser les prix du pétrole entre 50 et 70 dollars d’ici à 2040 et de répondre à la hausse de la demande liée notamment à l’accroissement de la population de la planète de 7,4 à 9 milliards d’habitants.

La domination américaine risque aussi de modifier les équilibres géopolitiques. L’influence de l’OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole) diminuera sur la scène internationale au fur et à mesure que les Américains monteront en puissance. D’autant que les recettes issues de l’or noir resteront sous pression si les prix ne grimpent pas.

Et sur le marché du gaz, les pays de l’Europe centrale et orientale se fourniront toujours davantage auprès des Américains afin de réduire leur dépendance vis-à-vis des Russes. Selon l’AIE, les Etats-Unis produiront 30% de plus de gaz que la Russie dans les dix prochaines années.

Lire aussi: Le pétrole bute à nouveau à New York sur la barre des 50 dollars le baril

 

Jean Philippe Buchs
Jean-Philippe Buchs

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Journaliste à Bilan depuis 2005.
Auparavant: L'Hebdo (2000-2004), La Liberté (1990-1999).
Distinctions: Prix Jean Dumur 1998, Prix BZ du journalisme local

Du même auteur:

Comment l’Institut de Glion se développe en Gruyère
Le nouveau défi de Bernard Lehmann

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."