Bilan

Péréquation: Genève paiera plus, Vaud moins

Comme chaque année, la péréquation financière apporte son lot de bonnes et mauvaises nouvelles.
Genève paiera davantage en 2014 qu'en 2013, Vaud moins en ce qui concerne la péréquation financière. Parmi les cantons qui recevront plus de moyens figurent Berne, Neuchâtel et le Jura alors que la manne sera moindre pour Fribourg et le Valais.

Le Conseil fédéral a approuvé mercredi les montants définitifs qui seront versés et reçus l'an prochain. Les Genevois s'acquitteront d'une facture de 270,3 millions de francs, soit 12,9 millions de plus. La «douloureuse» baissera en revanche de 3,5 millions pour les Vaudois, à 50,1 millions.

Côté bénéficiaires, Berne ( 68 millions, à 1,232 milliard), Neuchâtel ( 22,2 millions, à 191,4 millions) et le Jura ( 6 millions, à 165,7 millions) disposeront d'un coup de pouce supplémentaire. Les aides seront en revanche réduites pour Fribourg (-20,4 millions, à 443,1 millions) et pour le Valais (-11,6 millions, à 513,4 millions).

Bâle-Campagne est riche

Changeant de camp au fil des années, Bâle-Campagne sera à nouveau considéré comme un canton à fort potentiel de ressources amené à mettre la main au porte-monnaie pour aider les autres. En raison de sa participation au fonds pour les cas de rigueur, il doit déjà s'acquitter d'une facture de 3,2 millions cette année.

Mais sa participation prendra l'ascenseur pour passer à 11,8 millions. Soupe à la grimace pour cinq autres cantons «riches»: comme Genève, Schwyz, Nidwald, Zoug (le plus gros contributeur par tête d'habitant) et Schaffhouse devront verser davantage.

En revanche, Zurich (le plus gros contributeur en chiffres absolus) et Bâle-Ville ne paieront pas autant qu'en 2013. Bien que considéré comme canton à fort potentiel de ressources, le Tessin continuera à profiter de la péréquation car ses versements sont nettement inférieurs aux compensations reçues pour charges excessives.

Ecart moindre

D'une manière générale, l'écart entre le canton le plus riche (ZG, tendance à la baisse), et le plus pauvre (UR, tendance à la hausse) s'est resserré. Entre les deux, quatre cantons riches et onze cantons pauvres ont vu leur indice des ressources augmenter alors que cinq cantons riches et quatre cantons pauvres l'ont vu diminuer.

Les plus fortes améliorations ont été enregistrées à Appenzell Rhodes-Extérieures, Obwald et dans les Grisons, les reculs les plus marqués à Bâle-Ville, Zoug et Neuchâtel.

Trois fonds

La péréquation repose sur trois fonds. Le premier vise à aider les cantons «pauvres». Les cantons «riches» verseront 1,508 milliard de francs et la Confédération 2,22 milliards. La part des premiers par rapport à la participation fédérale diminue à 67,9%, se rapprochant du minimum légal de 66,7%.

Un autre fonds (726 millions), financé entièrement par la Confédération, sert à indemniser les cantons pour leurs charges excessives. La somme est répartie à parts égales entre subventions géo-topographiques et socio-démographiques.

Enfin, 359 millions sont versés pour les cas de rigueur liés à l'introduction de la nouvelle péréquation en 2008. Ce dernier fonds est cofinancé par les cantons (un tiers) et la Confédération (deux tiers).
Myriam Amara

Aucun titre

Lui écrire

Aucune biographie

Du même auteur:

Globus à la baisse en 2012
Mario Monti ouvrira la grand-messe davosienne

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."