Bilan

Paris bien orientée après l'euphorie Macron

La Bourse de Paris se maintenait en légère hausse mardi, après l'arrivée en tête du pro-européen Emmanuel Macron au premier tour de la présidentielle française.

Le risque politique semblant écarté, les marchés anticipant largement une victoire finale d'Emmanuel Macron.

Crédits: AFP

La Bourse de Paris se maintenait en légère hausse mardi à la mi-journée (+0,21%), engrangeant toutefois des gains moins importants que la veille, après l'arrivée en tête du pro-européen Emmanuel Macron au premier tour de la présidentielle.

A 12H02 (10H02 GMT), l'indice CAC 40 gagnait 11,17 points à 5.280,02 points. La veille, il avait décollé de 4,14%.

La cote Parisienne, après une ouverture en timide hausse, a conforté sa hausse en fin de matinée, continuant à surfer sur le soulagement généré par l'anticipation d'une victoire d'Emmanuel Macron à la présidentielle française, et après un bon indicateur européen.

"Propulsé par les résultats du premier tour de l'élection présidentielle, le CAC 40 a clôturé à son plus haut niveau depuis avril 2015" lundi, les investisseurs ayant "réagi positivement à la baisse de la prime de risque politique", a relevé dans une note Franklin Pichard, directeur général de Kiplink Finance.

Même si l'euphorie suscitée lundi par l'arrivée en tête au premier tour du libéral et pro-européen Emmanuel Macron, devant la candidate du Front national Marine Le Pen, semblait quelque peu s'essouffler, "la tendance reste nettement haussière" à moyen terme et "il faudrait un événement géopolitique majeur pour inverser ce mouvement ascendant de moyen terme", a estimé M. Pichard.

Le risque politique semblant écarté, les marchés anticipant largement une victoire finale d'Emmanuel Macron, "les investisseurs devraient à présent se focaliser sur la publication des résultats des entreprises" qui sont nombreux cette semaine, a poursuivi M. Pichard.

Un autre rendez-vous majeur de la semaine sera la réunion de la Banque centrale européenne (BCE) jeudi, même si plusieurs analystes estiment que le statu quo et la prudence devraient une fois de plus l'emporter.

En attendant, le marché a connu une petite accélération après l'annonce mardi d'une nouvelle amélioration des conditions d'octroi de crédits au secteur privé européen au premier trimestre 2017, après un resserrement observé en fin d'année passée, selon la Banque centrale européenne (BCE).

LVMH décolle

Du côté des indicateurs, l'agenda sera surtout américain ce mardi avec les ventes de logements neufs en mars et la confiance des consommateurs du Conference Board pour le mois d'avril.

En France, le climat des affaires est resté stable en avril, se maintenant au-dessus de sa moyenne de long terme et progressant uniquement dans le secteur de l'industrie.

Sur le front des valeurs, l'actualité était très chargée avec plusieurs annonces d'importance ainsi que des résultats d'entreprises en nombre.

LVMH prenait la tête du CAC 40(+4,15% à 223,60 euros) après que le groupe a annoncé vouloir simplifier sa structure et absorber totalement la prestigieuse maison Dior, l'action Christian Dior bondissant pour sa part de 11,92% à 253,90 euros.

Hermès, dans le sillage de cette même annonce, plongeait en revanche de 4,08% à 442,70 euros, sous l'effet d'un réajustement mécanique de son cours alors que l'opération de rachat de Christian Dior par LVMH se fera partiellement par un échange d'actions Hermès.

Futuren: la cotation du titre était suspendue après qu'EDF Energies Nouvelles, entité de l'électricien dédiée aux énergies renouvelables, a annoncé vouloir prendre le contrôle de l'exploitant de parcs éoliens.

Plastic Omnium progressait de 3,60% à 35,85 euros grâce à une acquisition et au succès de ses produits en Amérique du Nord et en Asie, l'équipementier français ayant publié un chiffre d'affaires en hausse de 32,8% pour le premier trimestre, à 2,04 milliards d'euros.

PSA reculait en revanche de 1,77% à 18,84 euros alors qu'après Volkswagen, Renault et Fiat-Chrysler, le constructeur français est à son tour visé par une enquête des juges d'instruction sur des soupçons de "tromperie" dans les dispositifs de contrôle aux émissions polluantes de véhicules diesel.

Sartorius Stedim Biotech (SSB) lâchait 3,13% à 60,40 euros, pâtissant d'un abaissement de recommandation à "réduire" contre "accumuler" auparavant par la Société de Bourse Portzamparc.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."