Bilan

Opération Make Geneva Great Again: vos idées

Améliorer la mobilité, végétaliser la ville, aménager la rade et ouvrir les commerces le dimanche sont les propositions qui sont revenues fréquemment afin de rendre de sa splendeur à Genève.

Genève doit retrouver de son attrait. 

Au début du mois de septembre, Bilan organisait un grand concours en marge de son dossier «Comment améliorer l’attractivité de Genève?» en proposant aux lecteurs et internautes de donner leurs idées pour redorer la ville du bout du lac.

Après deux semaines, Bilan a reçu pas moins de 120 propositions. Le concours a récompensé les trois meilleures idées par une nuit d’hôtel pour deux personnes au Four Seasons Hotel des Bergues. Nous avons souhaité toutefois résumer les idées visant à faire de Genève une ville plus moderne, écologique et efficiente. Florilège des suggestions obtenues.

Mobilité

C’est l’un des points qui est revenu en force: améliorer la mobilité à Genève dans son ensemble. Les internautes suggèrent ainsi de rétablir une circulation fluide en diminuant les embouteillages et en décongestionner la ville. «Il faudrait recréer les voies de circulation qui ont disparu afin que l’air soir plus respirable que lorsque les voitures sont bloquées dans des embouteillages», dit l’un d’eux.

Un téléphérique urbain pour le tourisme et pour faciliter le trafic est également désiré. Dans l’ensemble, de nombreux lecteurs aimeraient développer les pistes cyclables et les zones piétonnes. Proposer des vélos et des trottinettes électriques en libre-service via une application, des mouettes et des bateaux électriques à disposition toute l’année. Aménager une vraie zone piétonne dans les rues basses (sans tram et sans vélo). Offrir des prix plus abordables aux parkings en périphérie et à la location de véhicules électriques.

Organiser des bus scolaires afin de décharger la route des mamans qui font plusieurs trajets inutiles et stressants. L’idée d’un tunnel ou d’un pont revient aussi en force tout comme celui d’un péage à l’entrée de la ville pour les voitures non immatriculées à Genève. Et pourquoi ne pas mettre une forte taxe sur l’essence afin de financer le pont ou le tunnel et offrir les TPG gratuits à la population vivant sur le territoire, favorisant aussi les véhicules électriques? Et enfin: moins de travaux qui paralysent et enlaidissent la ville.

Aménagement du territoire: une priorité, la rade

Sans conteste, la majorité des propositions concerne l’aménagement de la rade. L’idée est de l’animer jour et nuit avec des restaurants, bars, commerces, terrasses en teck, animations diverses, location de bateaux et vélos. Supprimer la police et déplacer les pêcheurs, reconvertir les jetées en lieux de rencontre, d’intégration des expatriés et de délassement avec banquettes pour bronzer, parasols, paravents et tablettes.

Disposer de longues vues gratuites le long des quais afin de mettre en valeur la magnifique vue sur le lac. Proposer des cours de yoga, de gym pour aînés ou encore de langues. Organiser des dégustations de produits du terroir et construire une jolie brasserie permanente sur chaque quai avec une cuisine à thème internationale. Inviter un chef issu de la migration pour chapeauter la brigade en cuisine. Mais aussi: éclairer le jet d’eau chaque jour avec une couleur différente. 

Selon des participants au concours, il faut penser le centre-ville comme un espace récréatif pour redynamiser les commerces. Autoriser des terrasses couvertes et chauffantes, et pourquoi pas des petits parcs d’attractions protégés des intempéries?

Depuis dix ans, les bâtiments construits sont des cubes assez laids selon un lecteur de Bilan. Il faudrait changer cela en construisant des bâtiments plus élégants, créer un fonds qui récompense les architectes et promoteurs qui se soucient de l’esthétique des bâtiments. Pour un autre, ça serait un fonds de rénovation des façades du centre-ville, ou en tous cas sur les grands axes. Et encore, nettoyer et restaurer les façades des bâtiments de Genève et enlever les graffitis pour mettre en valeur le patrimoine architectural.

Lire aussi: Genève doit repenser son offre d'événementiel

Végétaliser la ville: plus d’arbres et moins de goudron

De nombreux participants au concours sont revenus sur la nécessité de végétaliser Genève pour la rendre plus belle, diminuer la pollution et baisser les températures lors de périodes de canicule. «Pourquoi ne pas planter un arbre par habitant?», exprime une participante. Il faudrait faire de Genève «une sustainable city», «une green city», la nouvelle Place financière durable. Genève, pionnière de l’énergie verte? Planter des arbres le long de la voie verte, diminuer le béton et augmenter les espaces verts. Fleurir, végétaliser les balcons, les façades, les toits, les places, avoir des potagers communautaires urbains. Planter des herbes odorantes et des arbres fruitiers dans toute la ville et laisser la récolte des fruits en self-service.

Multiplier les fontaines d’eau potable et faire de la permaculture et de l’aquaponie dans les parcs ou sur des places. Offrir des zones de baignade sur toute la rade. Créer des jardins sur les toits avec des systèmes pour récupérer l’énergie. Installer des bacs de plantes sur les trottoirs, des petites fontaines et avoir un revêtement uniforme. Installer des arbres à éoliennes qui donneraient de l’électricité verte aux utilisateurs de vélos électriques, aux touristes dont les batteries de téléphones sont à plat, aux passants, etc…

Ouverture des commerces

Laisser le libre choix aux commerçants d’ouvrir le dimanche est le souhait de plusieurs internautes. Et puis, il faudrait lancer un Food Market avec des restaurants, une cuisine locale à base de produits frais ouvert 7 jours sur 7. Et pourquoi ne pas promouvoir une scène de musique live dans le même esprit que Big Mamma à Paris, propose l’un des gagnants du concours. On pourrait aussi créer un lieu de la gastronomie genevoise qui se trouverait sur l’île Rousseau, avec des bouquinistes sur les quais des Bergues.

Certains revendiquent le fait de rendre plus attractif le centre-ville pour les commerçants indépendants. Proposer des loyers plus bas pour les indépendants afin de se débarrasser de l’hégémonie des grandes surfaces et des chaînes de magasins stéréotypés. Autre proposition: sensibiliser et former les employés de la restauration et des magasins sur le service de qualité et l’amabilité: «Faire de Genève, la capitale du service client».

Offre culturelle: Rendre Genève plus attractif pour les familles

Avoir une vraie politique culturelle pour être à la hauteur de Zurich. Développer l’art urbain par le biais d’expositions publiques dans des spots tels que le parc des Eaux-Vives, le bord du lac ou encore la Place de Neuve. Des concerts de musique du monde ou classique au bord du lac ou dans les parcs en été. Seuls les bons projets doivent être subventionnés. Monter un espace style la cité des Sciences à Paris, destiné aux jeunes publics. Des espaces interactifs et ludiques dédiés à l’horlogerie, au chocolat, à la Croix Rouge, aux parfums.

Organiser un spectacle lacustre géant mettant en scène le jet d’eau. Favoriser des domaines d’activités créatives, innovantes et techniques. «Il existe clairement un manque d’activités intéressantes et faciles d’accès pour les enfants à Genève», explique Nicolas Huber, l’un des trois gagnants de notre concours. Ce dernier est à la tête d’une association pour créer un Musée des Enfants dans la région genevoise, un lieu ludique et interactif sur 1500m2 pour les bambins de 2 à 12 ans.

Une autre proposition: offrir la possibilité d'arpenter l’espace public de Genève avec un guide architectural. «Les Genevois et les touristes sont friands d’explications historiques et architecturales dans ses promenades», indique une participante. Des expositions dans la ville avec des jeux de pistes, des pièces de théâtre accessibles à tous. Des fêtes de Genève basées sur la culture. Ou encore créer une web tv en anglais dédiée aux expatriés ou une chaîne type Léman Bleu «Geneva Today». Cela permettrait de mieux les intégrer, mettre en valeur Genève et donner des conseils aux expatriés installés dans la ville du bout du lac.

Le troisième vainqueur du concours propose de faire de Genève une ville sportive. Créer un parcours santé en ville pour les familles et pour les grands sportifs. Favoriser la pratique du sport en plein air en offrant des équipements ludiques dans des lieux très passants de Genève afin d’encourager tout un chacun à d’avantage d’activité physique. Les Genevois sont sportifs, favorisons leur pratique du sport en plein air et renforçons le positionnement de Genève comme une ville sportive vis-à-vis des touristes.

Cela permettra également aux touristes de découvrir la ville, en mettant en valeur notre environnement - entre lac et montagnes - très propice à la pratique du sport en plein air. Enfin, en plaçant des équipements ludiques dans des lieux très passants de Genève, cela pourrait encourager tout un chacun à davantage d'activité physique, chacun à son rythme, de manière gratuite et accessible à tous. Le parcours de santé en ville pourrait offrir deux niveaux: un facile et familial, et un second plus physique pour les sportifs chevronnés.

Avec un marquage au sol facilement reconnaissable et attractif, on pourrait imaginer des parcours en boucle qui se pratiquent en entier pour les plus motivés, ou juste via un ou deux exercices. Des "squat jumps" devant l'horloge fleurie, des vélos fitness au jardin anglais, un sprint le long de la promenade des Bastions, un mur d'escalade dans la vieille ville, des barres de traction au Bois de la Bâtie etc. le tout relié par un chemin à suivre en marchant ou en courant. Afin d'en faire un vrai atout touristique, on pourrait mettre en place quelques stations "phares" et très photogéniques: un pont suspendu à traverser entre le pont de la machine et le pont des Bergues, un grand escalier de 140 mètres de haut (comme le jet d'eau...) au parc Mon Repos à monter-descendre à volonté - avec en prime une belle vue sur la plateforme du haut.

Sécurité

Sécuriser la ville avec une politique de tolérance zéro sur la criminalité. Ne pas laisser des quartiers se dégrader et voir des scènes de trafic de drogues comme autour de l’Usine. Améliorer la sécurité en général ainsi que la propreté des rues.

Fiscalité

Il faut une offre fiscalement intéressante pour que les entreprises et les particuliers étrangers s’établissent à Genève. Un grand casino proche des grands hôtels du bord du lac, sans limite de mises: cela permet d’attirer des capitaux, de créer des emplois et d’augmenter les recettes fiscales. Faire de Genève le Monaco du centre de l’Europe. Les gains perçus pourraient servir à baisser les impôts des locaux.

Réduire la fiscalité des personnes physiques (baisse de l'impôt sur la fortune et diminution de la progressivité de l’impôt sur le revenu) en s’alignant sur les taux de Zurich. Taxes au plancher comme à Zoug pour faire revenir investissements et emplois diversifiés. Et pourquoi ne pas accepter d’instaurer zéro impôt pendant cinq ans pour une entreprise suisse ou étrangère qui créerait durant cinq ans plus de 50 emplois par année? Offrir un rabais d’impôts à toute personne ou famille qui ne possède pas de véhicule. Plafonner les impôts pour les gros contribuables afin d’éviter leur départ vers Londres, Monaco ou Gibraltar.

D’autres propositions

Des loyers meilleurs marchés. Un déficit de logements est trop criant et il est urgent de promouvoir l’immobilier d’habitation avec une architecture design et non utilitaire. Assouplir le droit du bail et rendre possible une résiliation avant la fin de la première année de bail. Mais encore: créer un écosystème favorable à la création d’emplois avec un véritable lieu de vie en s’appuyant sur le campus Biotech, avec un incubateur de start-ups, un support à la création d’entreprises, des logements réservés pour les personnes travaillant sur ce campus, des formations innovantes incluant des partenariats public/privé, des restaurants cafés proposant une cuisine locale et saisonnière. Ou encore, construire un centre de conférences international digne de ce nom en lieu et place de Palexpo et du CICG.

Genève ne deviendra jamais une ville abordable pour tous, elle est chère et restera chère. Donc nous devons chercher une clientèle fortunée. Ce qui attire le plus les riches moyen-orientaux et les Chinois, ce sont l’air non pollué, l’eau propre et la fraîcheur en été. Faisons un projet que des Dubaï, Hong Kong, Lisbonne ne pourraient pas faire à cause de la houle, qui est pratiquement absente sur le lac, faisons le projet d’anneau lacustre  au milieu de la rade (projet Tribu Architectes Lausanne) avec en plus des magasins sous l’anneau, un mall de luxe sous l’eau avec des parois vitrées, avec uniquement des produits de luxe et du chocolat, ce pour quoi les touristes fortunés viennent en Suisse.

Ou encore: déplacer les HUG vers Meyrin Vernier sur un énorme campus du XXIème siècle avec des infrastructures modernes. Les urgences et un pont aérien seraient laissés sur les lieux actuels. Le foncier des HUG actuel serait reconverti en logements ce qui redynamiserait le quartier.

Le stade de la Praille qui ne sert à rien doit être reconverti en une piscine de surf géante type Snowdonia avec le développement d’hôtels et autres activités sportives, type grimpe, trampoline etc. Un moyen d’attirer des jeunes de toute l’Europe avec easyJet.

Genève est connue pour son jet d'eau, capitalisons sur cette notoriété et l'image qu'elle renvoie (nature, pureté, dynamisme) et élargissons son champ pour en faire une attraction qui ne vaut pas simplement le détour mais le voyage! Genève, la ville DES jets d'eau. Son jet d'eau historique bien sûr, mais aussi: une plateforme de jets d'eau au milieu de la rade pour un son et lumière féérique une ou deux fois par jour, à l'image de ce que propose Dubaï. Une grande esplanade de jets d'eau, agréable à contempler toute l'année et ludique pour sa rafraîchir en été. Des installations pour générer soi-même son jet d'eau: par exemple des vélos fitness dans les parcs qui créent un petit jet d'eau quand on pédale.

Développer une cité de l'eau, un musée dédié à cet élément qui propose à la fois quelques attractions ludiques couvertes et une partie musée pour découvrir comment profiter et protéger au mieux nos lacs et rivières. Promouvoir l'eau de Genève en proposant des visites des installations des SIG et en développant fortement sa distribution "on the go" (inciter les restaurants et la restauration à emporter à proposer une carafe ou une gourde Eau de Genève sur sa carte). Ce projet Genève, ville d’Eau est à la fois original, ludique et intéressant, fidèle à ce qu’est notre ville et respectueux de l’environnement. Des dimensions clés pour réussir.

Voici en résumé les idées retenues par Bilan pour améliorer l’attractivité de Genève. Notre magazine traitera régulièrement de cette thématique dans ses colonnes ou sur son site web.  

 

Chantal De Senger
Chantal de Senger

JOURNALISTE

Lui écrire

Licenciée des Hautes Etudes Internationales de Genève en 2001, Chantal de Senger obtient par la suite un Master en médias et communication à l’Université de Genève. Elle débute sa carrière au sein de la radio genevoise Radio Lac. Journaliste depuis 2010 pour le magazine Bilan, elle est spécialisée dans les PME. En grande amatrice de vins et gastronomie, elle est également responsable du supplément Au fil du goût encarté deux fois par année dans le magazine Bilan. Chantal contribue par ailleurs régulièrement aux suppléments Luxe et Immo Luxe de Bilan.

Du même auteur:

Le road show de DSK passe par Genève
Genève accueille le premier salon suisse du champagne

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."