Bilan

Nouveau repli des prévisions de croissance pour la Suisse pour 2017

Le Secrétariat d'Etat à l'économie table pour cette année sur un PIB en progression de seulement 1,4%, contre +1,6% dans ses précédentes estimations.

La demande intérieure devrait continuer d'être un pilier de la croissance et est attendue en nette progression en 2017 et en 2018.

Crédits: Keystone

Le Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco) a raboté mardi une nouvelle fois les prévisions de croissance économique pour la Suisse, tablant pour cette année sur un produit intérieur brut (PIB) en progression de seulement 1,4%, contre +1,6% dans ses précédentes estimations. Les prévisions avaient déjà été revues à la baisse en mars. Concernant le chômage, le Seco a maintenu ses précédentes estimations.

"La croissance s'est accélérée sur les deux derniers trimestres, mais elle est restée en deçà des attentes", a indiqué le Seco dans un communiqué. L'abaissement des prévisions tient compte d'un 1er trimestre "peu dynamique". La branche des services a évolué plutôt faiblement, tandis que l'industrie manufacturière a réalisé un "résultat positif".

Les principaux indicateurs de confiance (PMI pour l'industrie et les services, baromètre KOF, climat de consommation) ont cédé quelques points dernièrement, mais ils continuent d'indiquer une croissance de l'économie suisse. La demande intérieure devrait quant à elle continuer d'être un pilier de la croissance et est attendue en nette progression en 2017 et en 2018.

Aux Etats-Unis, la croissance économique au 1er trimestre a été décevante avec une timide hausse de 0,3%. Elle devrait néanmoins s'accélérer à nouveau au cours des trimestres à venir. Dans la zone euro, la reprise conjoncturelle se poursuit avec une avancée de 0,6% entre janvier et mars, à laquelle ont contribué tous les Etats membres.

Les perspectives sont aussi majoritairement positives dans les Bric, même si un ralentissement progressif devrait intervenir en Chine. Dans l'ensemble, la croissance mondiale devrait être plus élevée qu'attendu lors des dernières prévisions, précise le Seco.

Risques conjoncturels importants

Pour 2018, les économistes de Berne s'attendent toujours à un PIB en croissance de 1,9%, grâce au contexte mondial positif.

Les prévisions du Seco sont globalement en ligne avec celles d'autres instituts, notamment la BNS qui table sur une croissance autour des 1,5%, le KOF et Credit Suisse avec chacun 1,5%, ou UBS et BAK Basel légèrement plus pessimistes avec chacun 1,4%.

Concernant l'emploi, le Seco mise toujours sur un taux de chômage de 3,2% cette année et de 3,1% l'année suivante. Une hausse de l'emploi est également attendue, le groupe d'experts tablant sur une croissance de 0,4 % cette année et de 0,6 % en 2018.

L'institut identifie un bon nombre de risques conjoncturels, notamment liés au Brexit et à l'instabilité politique menaçant l'Italie, un pays où la dette publique reste élevée et le secteur bancaire fragile. Le montant des créances douteuses des banques italiennes s'y élevait à 81 mrd EUR fin 2016, rappelle une analyse de Mirabaud Securities. Une recrudescence de la crise de la dette en Europe ou la détérioration soudaine de la situation dans le secteur bancaire pourraient exercer une forte pression à la hausse sur le franc.

Une hausse des taux trop rapide par la Réserve fédérale américaine (Fed) pourrait également ralentir la croissance aux Etats-Unis et par ricochet, peser sur le commerce mondial.

En Suisse, le Seco s'inquiète de l'augmentation des logements vacants et de ses implications sur le secteur de la construction.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."