Bilan

Neuchâtel: le paradoxe économique

Détenant le record suisse de brevets par habitant, le canton se distingue par ses qualités d’innovation et le dynamisme de son industrie. mais il Peut mieux faire du côté du chômage, des finances publiques et de la fiscalité.

Le Centre suisse d’électronique et de microtechnique (CSEM) emploie 450 personnes, dont 350 à Neuchâtel.

Crédits: Guillaume Perret/lundi13

Neuchâtel, pôle d’innovation de rang mondial? Oui, et c’est le New York Times qui le dit. Excusez du peu. L’ouverture d’un laboratoire de pointe par le groupe Richemont au centre Microcity faisait l’objet d’un article du prestigieux quotidien en septembre dernier. Chef des opérations chez le géant horloger (Jaeger-LeCoultre, IWC, Cartier), Jérôme Lambert a déclaré au journal américain : «Cette implantation place Richemont au cœur d’un écosystème académique et industriel unique au monde.»

Pour le Service neuchâtelois de l’économie, l’arrivée de Richemont vient couronner des années d’efforts en faveur des infrastructures locales, avec le pôle Microcity comme emblème. Chef du Service de l’économie, Christian Barbier souligne : «Plus de 80% des ressources à disposition sont déployées en faveur des entreprises locales. Et une centaine de projets liés à l’innovation sont accompagnés chaque année.» 

Dans les années 1980 et 1990, Neuchâtel a pratiqué une promotion exogène offensive dans un souci de relance économique. A la clé, l’implantation de compagnies telles que les américaines Celgene, Shire (ex-Baxter) et Johnson & Johnson. Ces firmes figurent parmi les gros employeurs du canton, aux côtés des grands groupes horlogers et d’un réseau dense de sous-traitants. Installé à Serrières, le géant américain du tabac Philip Morris va injecter 30 millions de francs dans deux nouvelles lignes de production de tabac à chauffer. «La hauteur de cet investissement indique que l’entreprise a l’intention de rester à Neuchâtel», commente Alain Marietta, président de la CNCI (Chambre neuchâteloise du commerce et de l’industrie). 

Patron de Dixi (mécanique de précision), fleuron industriel du Locle, Pierre Castella nuance : «Quatrième canton de Suisse en termes de balance commerciale, Neuchâtel a développé une industrie florissante et contribue fortement à doper les exportations helvétiques. Il est cependant à regretter que l’essor du secteur tertiaire se trouve freiné par l’absence d’autoroute vers Bienne, Berne et la France.» 

Mary Vacharidis
Mary Vakaridis

JOURNALISTE

Lui écrire

Journaliste chez Bilan, Mary Vakaridis vit à Zurich depuis 1997. Durant sa carrière professionnelle, elle a travaillé pour différents titres de la presse quotidienne, ainsi que pour la télévision puis la radio romandes (RTS). Diplômée de l'Université de Lausanne en Lettres, elle chérit son statut de journaliste qui lui permet de laisser libre cours à sa curiosité.

Du même auteur:

CFF: Comment éviter le scénario catastrophe
L’omerta sur le harcèlement sexuel existe aussi en suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."