Bilan

Mondial-2006: un achat de voix par l'Allemagne pas exclu

Aucune preuve d'un achat de votes par l'Allemagne pour organiser le Mondial-2006 n'a été trouvée mais un tel mécanisme de corruption ne peut être exclu.

La DFB a reconnu le versement de cette somme à la Fifa mais a assuré qu'il s'agissait de s'assurer une subvention pour l'organisation du Mondial et non pas d'acheter des voix.

Crédits: AFP

Aucune preuve d'un achat de votes par l'Allemagne pour organiser le Mondial-2006 n'a été trouvée mais un tel mécanisme de corruption ne peut être exclu, a estimé vendredi le cabinet d'avocats Freshfields dans un rapport mandaté par la Fédération allemande de football (DFB).

"Nous n'avons pas trouvé de preuve d'achat de votes mais nous ne pouvons l'exclure", a expliqué lors de la présentation de son rapport à Francfort ce cabinet engagé pour enquêter sur un versement opaque de 6,7 millions d'euros.

"Mais nous avons pu constater un possible changement du comportement dans le vote et qui a pu concerner des représentants asiatiques du comité exécutif de la Fifa", a relevé le représentant du cabinet d'avocat, Christian Duve, devant la presse.

L'hebdomadaire Der Spiegel avait jeté le pavé dans la mare fin octobre en avançant que l'Allemagne aurait utilisé un fonds secret de 10 millions de Francs suisses (6,7 millions d'euros) pour acheter des voix et obtenir l'organisation du Mondial-2006.  

Ce fonds aurait été alimenté, à la demande de l'idole du foot allemand Franz Beckenbauer, par l'ancien patron d'Adidas, le défunt Robert Louis-Dreyfus, peu avant l'été 2000, période à laquelle s'est faite l'attribution de la Coupe du monde à l'Allemagne, d'une courte marge (12 voix contre 11), aux dépens de l'Afrique du Sud.

Le cabinet Freshfields a d'ailleurs établi dans son rapport que l'argent provenait bien des comptes de l'homme d'affaires.

Accord 'mystérieux'

La DFB a reconnu le versement de cette somme à la Fifa mais a assuré qu'il s'agissait de s'assurer une subvention pour l'organisation du Mondial et non pas d'acheter des voix au sein de la Fifa, une version démentie par l'instance internationale.

Selon le rapport, il reste à déterminer "si le versement de 10 millions de francs suisses a seulement servi à obtenir la subvention financière de la Fifa (...) ou si un autre but était recherché avec ce paiement".

Le cabinet d'avocats s'interroge aussi sur un mystérieux projet de contrat entre Franz Beckenbauer et le patron de la Concacaf, le sulfureux Jack Warner, prévoyant des prestations en faveur du Trinidadien, désormais suspendu à vie pour corruption.

La raison pour laquelle, "quatre jours avant l'attribution à l'Allemagne du Mondial", un accord entre Franz Beckenbauer, pour la DFB, et Jack Warner, pour la Concacaf, a été signé reste "mystérieuse", relève le rapport.

En novembre 2015, le scandale at contraint Wolfgang Niersbach à la démission de la présidence de la DFB, et a éclaboussé l'icône du football allemand Franz Beckenbauer, qui serait au coeur du trouble marché en tant que président du comité de candidature puis d'organisation du Mondial-2006.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."