Bilan

Médias: les éditeurs alémaniques veulent 90 millions d'aide indirecte en plus

Les éditeurs alémaniques réclament une hausse massive de l'aide indirecte à la presse, de 30 à 120 millions de francs, afin de réduire les coûts de distribution des journaux.

Pietro Supino, le président de la fédération des éditeurs alémaniques Schweizer Medien et président du conseil d'administration de Tamedia, insiste sur l'importance des médias pour former l'opinion.

Crédits: Keystone

Malgré l'essor de la numérisation, "les médias imprimés restent la source la plus importante pour la formation de l'opinion dans notre Etat fédéral et le resteront encore dans un avenir prévisible", a souligné mercredi le président de la fédération des éditeurs alémaniques Schweizer Medien, Pietro Supino, à l'occasion de la traditionnelle rencontre des Rois à Zurich.

Or, la baisse des tirages augmente sensiblement les coûts de distribution par exemplaire de journal, ce qui menace la survie de certains titres. "Nous pouvions nous le permettre lorsque les choses allaient bien. Ce n'est plus possible aujourd'hui".
Celui qui est aussi président du conseil d'administration de Tamedia (éditeur de Bilan) a ainsi demandé une extension de l'aide à l'ensemble des journaux. Ce soutien devrait aussi rendre possible la distribution des journaux tôt le matin. "Il faut agir de manière urgente. Il s'agit là de notre principal vœu pour 2019, et aussi le plus légitime, je pense", a-t-il déclaré.

Pietro Supino en a profité pour critiquer une nouvelle fois le manque de transparence des tarifs de la Poste dans ce domaine, reprochant au Géant jaune de transférer le financement de son mandat de service public sur le dos des éditeurs et en fin de compte sur les abonnés des journaux.

Distorsion de la concurrence

Pietro Supino est aussi revenu sur le projet de Loi sur les médias électroniques, qui a reçu un accueil très mitigé en procédure de consultation. Il a une nouvelle fois balayé toute idée de subventionnement, au travers du produit de la redevance radio-tv, de nouveaux médias gratuits en ligne, comme prévu par le texte.

"Cela porterait à une distorsion massive, très directe, de la concurrence au détriment de l'offre en ligne des journaux, et menacerait leur survie dans le long terme", a lancé le président des éditeurs alémaniques.

Pietro Supino a aussi souligné qu'il n'y avait pas de pénurie en matière de médias en Suisse. "Plus de 80% de la population utilise les offres numériques de nos membres. (...) Quand il n'y a pas de manque, il n'y a pas non plus de nécessité d'une intervention de l'Etat pour des offres médiatiques financées par les pouvoirs publics".

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."