Bilan

L'UE défend l'accord sur le nucléaire iranien, malgré l'appel de Trump à le quitter

Le président américain Donald Trump, qui a joué la carte de l'apaisement mercredi avec Téhéran, a exhorté les Européens à quitter l'accord sur le nucléaire iranien signé à Vienne en 2015. Les Etats-Unis s'en sont retirés en 2018 et ont rétabli des sanctions contre l'Iran.

La Grande-Bretagne, la France et l'Allemagne sont toujours impliquées dans cet accord, de même que la Russie et la Chine.

Crédits: Keystone

Le président du Conseil européen Charles Michel a défendu jeudi l'accord sur le nucléaire iranien, que Donald Trump exhorte les Européens à quitter, et mis en garde le président iranien Hassan Rohani contre toute "action irréversible".

L'accord a été une "réussite importante après 10 ans d'intenses négociations internationales et reste un outil important pour la stabilité régionale", indique un communiqué des services de Charles Michel, à la tête de l'institution représentant les 28 pays de l'UE.

Dans un entretien téléphonique avec M. Rohani, le responsable européen a souligné l'engagement de l'UE avec "toutes les parties pour désamorcer les tensions", après les tirs de missiles iraniens sur des bases abritant des soldats américains en Irak en représailles à l'élimination par Washington du général Qassem Soleimani.

Quelle position pour les USA?

Le président américain Donald Trump, qui a joué la carte de l'apaisement mercredi avec Téhéran, a exhorté les Européens à quitter l'accord sur le nucléaire iranien signé à Vienne en 2015. Les Etats-Unis s'en sont retirés en 2018 et ont rétabli des sanctions contre l'Iran.

La Grande-Bretagne, la France et l'Allemagne sont toujours impliquées dans cet accord, de même que la Russie et la Chine.

"L'UE a ses propres intérêts et sa vision", souligne le communiqué, tout en précisant que Charles Michel avait "appelé le président iranien à s'abstenir d'engager des actions irréversibles".

L'accord de 2015 ne tient plus qu'à un fil depuis que Téhéran a annoncé dimanche la levée de toute limite à son équipement en centrifugeuses, utilisées pour la production de combustible nucléaire.

L'UE connaît une activité diplomatique particulièrement intense cette semaine, pour tenter de faire baisser les tensions dans cette crise mais également en Libye.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."