Bilan

Louis Derungs, 15'000 volts et tant de vies

A 22 ans, Louis Derungs est étudiant, entrepreneur, blogueur, inventeur, sportif,... Pourtant, tout aurait pu s'arrêter en 2013 quand il a été frappé par un arc électrique et ses 15'000 volts. Mais ce drame lui a ouvert de nouveaux horizons. Avec son livre, il devient coach en attendant de développer sa start-up.
  • Louis Derungs poursuit sa nouvelle vie, trois ans après l'accident qui aurait pu lui coûter la vie.

    Crédits: Image: David Huc/Bilan
  • Dans son livre, Louis Derungs alterne chapitres de récit personnel et de conseils.

    Crédits: Image: DR

Depuis près de dix mois, il dispense ses conseils en terme de mode et de style sur son blog chez Bilan. Le week-end, au gré de ses voyages, il s'éloigne des sentiers battus et des quartiers pour touristes des grandes villes d'Europe pour explorer les ruelles où créateurs locaux et designers rivalisent de talent. Et la semaine? Il poursuit ses études, mais oeuvre aussi à lancer sa startup. Le quotidien banal d'un jeune adulte actif des années 2010? Sauf que l'histoire de Louis est tout sauf banale.

Lire aussi: Louis Derungs, étudiant à l'Université de Lausanne 

12 octobre 2013: le jeune homme rentre chez lui sous la pluie battante. A proximité de la gare de Morges, un arc électrique le frappe: 15'000 volts traversent son corps. C'est à l'hôpital qu'il se réveille et les médecins sont sans appel: non seulement il doit être amputé des deux bras pour survivre, mais ils lui annoncent également qu'il ne pourra sans doute jamais remarcher. «Hors de question: c'était ma réaction et ma conviction. J'avais conscience des défis qui m'attendaient mais je savais que je les surmonterai pour retrouver une vie la plus normale possible», se remémore-t-il aujourd'hui.

Un livre aux éditions Favre

Quelques semaines après l'accident, il réapprend à marcher, puis se met au sport. Aujourd'hui, Louis s'élance sur des tyroliennes à 120km/h ou bondit d'un tronc à l'autre à plusieurs mètres du sol quand il découvre un parcours acrobranches. Voici un an, il parcourait à vélo plusieurs centaines de kilomètres le long de la côte Ouest des Etats-Unis. Une renaissance physique qui s'est opérée en même temps qu'une nouvelle vie intérieure. «Quand je me suis réveillé après mon accident, j'étais un foetus: je devais tout réapprendre», se souvient le jeune homme.

Son secret? Une volonté à toute épreuve, une foi en lui-même qui a triomphé de toutes les désillusions inhérentes à son parcours, et une inventivité surprenante. Sans oublier une méthodologie qu'il explique aujourd'hui dans un livre publié aux éditions Favre et intitulé 15'000 volts: une méthode pour s'accomplir. «J'avais commencé à écrire sans ambition précise, juste pour prendre des notes sur ce que je vis, mémoriser ce qui m'arrive,... et c'est devenucomme une méthode de développement personnel au fil des mois. J'ai donc pris huit mois pour rédiger le livre et quatre mois pour le corriger, avec un jeu particulier: chaque chapitre relatant ma vie est suivi d'un chapitre où je donne des conseils», confie Louis Derungs.

Lire aussi: «Ma Silicon Valley, c'est...»: paroles d'étudiants startupers

Car si le chemin accompli depuis son réveil à l'hôpital peut sembler phénoménal, rien n'a été épargné à Louis. Ni les obstacles administratifs, ni les déceptions. C'est ainsi qu'il avait repris des études, mais que la solution envisagée d'avoir de l'aide pour la prise de notes est tombée à l'eau: j'ai dû développer des techniques spéciales pour mémoriser un maximum de contenus de mes cours et les dicter à un logiciel de prise de notes par l'oral en fin de journée.

De même, Louis a pu adapter de nombreux ustensiles de la vie quotidienne (couteaux de cuisine, briquet, nécessaire de toilette) à son handicap, grâce à la domotique ou en inventant des dispositifs spéciaux. Il avait aussi commencé à conceptualiser lui-même des prothèses, avec l'aide de ses ergothérapeutes. «Je suis ensuite parti en clinique pour essayer des prothéses plus spécifiques et électroniques. Mais cela n'a pas marché», précise-t-il. Il a donc repris le processus de développement de ses prothèses par lui-même.

Prochain objectif: la startup

Pas question pour autant de céder au désespoir ou même de se résigner: «J'ai réalisé qu'il n'y a pas de limites quand on a la volonté. Et mon livre, avec mon parcours et les conseils que je donne, aide à dépasser ces limites qu'on se crée parfois dans sa tête mais qui ne sont pas réelles», assure-t-il.

Et le prochain objectif pour lui se trouve dans le domaine de l'entrepreneuriat: au cours de son parcours médical post-accident, Louis a développé une pratique d'hypnose qui pourrait permettre d'éviter l'anesthésie lors de certaines opérations chirurgicales. Au fil des mois, il a soigneusement mis au point cette pratique et vient de déposer les brevets. A terme, il veut monter une startup. Voici un an, le jeune homme a passé une semaine en Silicon Valley, à l'occasion du Silicon Valley Startup Camp organisé par la BCV. L'occasion de renforcer encore sa détermination et cette conviction qu'il a, chevillée au corps, comme quoi rien n'est impossible.

Si l'hypnose est déjà connue des médecins et parfois utilisée par certains d'entre eux, la spécificité de la technique mise au point par Louis repose sur le fait qu'elle s'appuie sur la réalité virtuelle: le patient pourra être équipé d'un casque, à la manière des joueurs de jeux vidéo, et bénéficier de cette hypnose en ligne pour être «endormis» pendant l'intervention chirurgicale.

«Dans le livre qui sort ces jours-ci en librairie, je n'aborde pas l'aspect entrepreneurial, car mes projets n'étaient pas encore assez mûrs quand j'ai écrit. Je m'y consacrerai dans un futur livre. Cependant, les conseils que je donne dans cet ouvrage peuvent tout à fait s'appliquer à un projet professionnel et même à la création d'une société», détaille le jeune entrepreneur.

Lire aussi: TechShop, le do-it-yourself en mode collaboratif

Louis Derungs, 15'000 volts: Une méthode pour s'accomplir, un récit de résilience, aux éditions Favre, prix: 27 francs en librairie.

«»

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."