Bilan

L’offre d’emploi finalement moins abondante en Romandie

Selon l'«Adecco Group Swiss Job Market Index», la croissance des offres d'emploi en Suisse romande a diminué par rapport au niveau national, mais pas de quoi s'inquiéter, il s'agirait d'un simple retour à la normalisation.

On constate 16% des postes ouverts sur Romandie contre 84% en suisse alémanique et moins de 1% au Tessin.

Crédits: Keystone

L’indicateur «Adecco Group Swiss Job Market Index» (ASJMI) mis au point conjointement par Adecco et l’Université de Zurich, auquel est rattaché le Moniteur du marché du travail suisse fait le point sur l’évolution des offres d’emploi en Suisse romande pour le premier trimestre 2019.

La Romandie à la traîne

Tel que l’annonçait en début de semaine Adecco, le nombre d’annonces d’emplois publiées en ce début d’année 2019, continue sur sa lancée.

Crédits: Adecco 2019

On observe ainsi sur le territoire helvétique une augmentation des postes offerts de 7%. Une croissance similaire aux trimestres précédents principalement due aux domaines de l’enseignement et des services publics (+19%) mais aussi du management, de l’organisation et de l’informatique (+13%).

Tandis que la Suisse alémanique atteint une croissance identique à celle du niveau national (7%), à l’inverse, la Romandie n’est plus qu’à 5%. «Nous assistons à un revirement, commente la porte-parole d’Adecco, Annalisa Job. Depuis plus d’un an, la croissance romande dépassait toujours celle de l’ensemble de la Suisse mais cette fois-ci elle est repassée en dessous.»

Avec 16% des postes ouverts sur Romandie contre 84% en suisse alémanique et moins de 1% au Tessin, la région est manifestement influencée par la tendance conjoncturelle. Ce tassement des offres d’emploi sur la partie romande s’explique notamment par une baisse dans le secteur de l’industrie et de la construction qui a reculé de 4%.

L’industrie et la construction flanchent

Selon Alexandra Rys, directrice communication de la Chambre de commerce, d’industrie et des services de Genève (CCIG), «au contraire, au regard de notre propre étude conjoncturelle dans le secteur de l’industrie (qui ne comprend pas la construction), 21% des entreprises répondantes ont augmenté leurs effectifs en 2018 et seulement 5% les ont diminués.»

Dans le canton de Vaud non plus, la situation n’est pas jugée alarmante. «Concernant l’industrie, cette baisse ne s’explique en tout cas pas par une activité en recul, constate Patrick Zurn, responsable de projets à la Chambre vaudoise du commerce et de l’industrie (CVCI). A titre indicatif, les exportations ont atteint un niveau record en février. Il est possible que plusieurs facteurs rentrent en ligne de compte mais il s’agit selon moi, plutôt d’une situation de normalisation après une forte augmentation l’an dernier.»

En ce qui concerne la construction, l’expert propose également son explication. «Il s’agit probablement d’une baisse des carnets de commandes. Cette tendance avait été observée en fin d’année dernière dans les sondages que nous gérons à travers la Commission Conjoncture vaudoise, précise-t-il.» Que ce soit pour Adecco, la CCIG ou encore la CVCI, il est encore trop tôt pour confirmer si cette tendance est un phénomène passager ou si elle s’inscrira dans la durée.

Dans tous les cas, si le secteur de l’industrie et de la construction déçoit en matière d’offres d’emploi, la progression est variable dans les autres domaines en Romandie. Les métiers de la technologie et de l’information observent une croissance de 9%, les services personnels et sociaux de 6% et enfin les services aux entreprises 7%.

Crédits: Adecco 2019
Mullerjulieweb
Julie Müller

Journaliste

Lui écrire

Du Chili à la Corée du Sud, en passant par Neuchâtel pour effectuer ses deux ans de Master en journalisme, Julie Müller dépose à présent ses valises à Genève pour travailler auprès de Bilan. Quand cette férue de voyages ne parcourt pas le monde, elle se débrouille pour dégoter des mandats dans les rédactions de Suisse romande. Tribune de Genève, 24 Heures, L'Agefi, 20minutes ou encore Le Temps lui ont déjà ouvert leurs portes. Formée à tous types de médias elle tente peu à peu de se spécialiser dans la presse écrite économique.

Du même auteur:

Malgré les turbulences, les agences de voyage gardent le cap
Bouche à oreille, le laissé pour compte du marketing

Bilan vous recommande sur le même sujet

Les derniers Articles Economie

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."