Bilan

Les stagiaires de la Silicon Valley gagnent près de 6000$ par mois

Les stagiaires de la Silicon Valley touchent 5800$ en moyenne par mois: une belle rémunération qui va de pair avec des salaires en hausse ces derniers mois, selon JLL.
  • La Silicon Valley est privilégiée en termes de rémunérations, y compris pour les stagiaires.

    Crédits: Image: Kimihiro Hoshino/AFP
  • Chez les majors de la high-tech, un stagiaire peut toucher entre 5000 et 7000$ chaque mois.

    Crédits: Image: Kimihiro Hoshino/AFP
  • Pour attirer la meilleure main-d'oeuvre, Mark Zuckerberg et les patrons des grandes firmes de la technologie offrent des rémunérations de plus en plus élevées à leurs employés.

    Crédits: Image: Justin Sullivan/AFP

Attirer la meilleure main-d'oeuvre et les talents de demain: ce leitmotiv des géants de la technologie prend toutes les formes dans la Silicon Valley: cadre de travail attractif, conditions et et services au profit des collaborateurs, mais aussi rémunérations avantageuses. Ce dernier point est corroboré par une récente étude menée par le cabinet JLL qui place les salaires des employés de ce secteur de Californie au sommet des rétributions aux Etats-Unis.

Les recherches de JLL ont porté sur les entreprises du secteur high-tech. Avec 104'600 postes de travail en plus, ce secteur a grandi de 4% en un an. Et 19% des nouveaux emplois de la branche des services relèvent de la technologie. Pour la première fois depuis l'explosion de la bulle technologique en 2000, le nombre total d'emplois dans ce secteur aux Etats-Unis dépasse la barre des 2,5 millions pour atteindre pratiquement 2,7 millions de places de travail. En incluant les places de travail relevant de la production industrielle de produits technologiques et informatiques, ce chiffre atteint même 3,2 millions.

Des salaires en hausse de 18,9% en 2013

Mais c'est au niveau des rémunérations que l'étude livre ses chiffres les plus intéressants. Car ce recrutement important dans un secteur où la créativité et les compétences exigent des candidats avec des qualifications poussées se paie de plus en plus cher. Sur l'année 2013, les rémunérations dans la Silicon Valley auraient augmenté de 18,9%.

Illustration de cette inflation des revenus avec ces exemples de salaires cités par le magazine français L'Expansion: chez Facebook un développeur perçoit en moyenne 90'000$ par an, un ingénieur environ 125'000$ et un cadre entre 100'000 et 200'000$. De manière globale, le salaire moyen pour un employé du secteur technologique dans la Silicon Valley atteint les 195'000$ annuels. Les géants du secteur installés dans la Silicon Valley paient bien mieux que les autres acteurs du secteur: pour les employés du secteur basés à San Francisco, la rémunération moyenne plafonne à 156'000$ annuellement. Une moyenne sans doute impactée par la présence dans la Silicon Valley des dirigeants aux salaires XXL mais qui révèle tout-de-même une inflation des revenus dans les sièges des multinationales.

Et pour attirer les nouveaux talents, rien de tel que de les détecter le plus tôt possible. C'est ainsi que les rétributions des stagiaires elles aussi sont de plus en plus élevées. Le site spécialisé Glassdoor indique ainsi que les stagiaires qui sont sélectionnés par Apple, Facebook ou Google touchent entre 5000 et 7000$ par mois. Selon CNN, des stagiaires aux compétences particulières pourraient gagner entre 5800 et 6700$ par mois. Des conditions de rémunération qui expliquent en partie les bons classements des géants de la technologie dans le palmarès Fortune des 100 meilleures entreprises pour lesquelles travailler.

Un taux de chômage à 5,4%

Les auteurs de l'étude JLL saluent cette croissance de l'emploi dans la high-tech: «le taux d'emploi dans la high-tech va probablement surpasser la croissance de l'emploi au niveau national dans les douze mois à venir et peut-être plus durablement». D'ores et déjà, le taux de chômage dans l'aire urbaine de San Jose (qui est la subdivision administrative la plus proche de ce à quoi correspond l'appellation Silicon Valley) est tombé à 5,4% au printemps, selon le Silicon Valley Business Journal.

Ce qui explique la guerre qui fait rage pour attirer les meilleurs jeunes talents. Mais seuls les mastodontes du type Apple, Google, Facebook ou Twitter peuvent proposer de telles rémunérations: les startups ne luttent pas dans la même catégorie et doivent donc trouver d'autres arguments, sous peine de voir les jeunes les plus talentueux préférer l'Eldorado des multinationales.

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."