Bilan

Les skieurs vieillissent et leurs chutes coûtent plus cher

En une quinzaine d'années, les plus de 35 ans sont passés de la moitié à 60% des usagers. Ce vieillissement explique en partie la hausse de 66% des coûts des accidents de sports de neige entre 2000 et 2013.

Une chute de quinquagénaire n'a pas le même prix qu'une gamelle d'adolescent. A partir d'un certain âge, on est plus fréquemment sujet à des fractures ou à des polytraumatismes, écrit mardi la Suva dans un communiqué. On dispose aussi d'un salaire souvent plus élevé, impliquant le versement d'indemnités journalières plus importantes.

Crédits: Keystone

Les jeunes ne sont plus majoritaires sur les pistes de ski. En une quinzaine d'années, les plus de 35 ans sont passés de la moitié à 60% des usagers. Ce vieillissement explique en partie la hausse de 66% des coûts des accidents de sports de neige entre 2000 et 2013.

Une chute de quinquagénaire n'a pas le même prix qu'une gamelle d'adolescent. A partir d'un certain âge, on est plus fréquemment sujet à des fractures ou à des polytraumatismes, écrit mardi la Suva dans un communiqué. On dispose aussi d'un salaire souvent plus élevé, impliquant le versement d'indemnités journalières plus importantes.

Si l'on ajoute à ces causes la hausse régulière des frais de santé, on arrive à une augmentation de deux tiers des coûts occasionnés par les accidents de sports de neige entre 2000 et 2013. Cette année-là, 36'800 cas ont été annoncés à la caisse nationale d'assurance, une société de droit public comptant près de deux millions d'assurés dans 123'000 entreprises.

A l'aube d'une nouvelle saison de ski, la Suva souligne l'importance de la préparation à la pratique des sports de neige, surtout en début de saison, quand les automatismes ne sont pas encore revenus.

S'échauffer, se mettre en condition et commencer progressivement la journée pour s'habituer aux conditions d'enneigement et évaluer sa forme du jour, représentent des préalables indispensables pour réduire le plus possible les risques de chutes et de blessures, ou tout au moins à en diminuer la gravité.

La Suva rappelle à cette intention qu'elle a mis au point une application pour mobile, "Slope Track". Celle-ci propose treize vidéos avec différents exercices et des jeux pour s'échauffer seul, en duo ou en groupe. L'application offre aussi un outil qui enregistre les descentes effectuées et fournit des conseils de prudence.

"Elle permet à chacun d'analyser son comportement et de contribuer à améliorer la sécurité sur les pistes", explique Samuli Aegerter, chef de la campagne sports de neige à la Suva, cité dans le communiqué. Comme sur la route, de nombreux accidents sont dus à une mauvaise appréciation de la distance de freinage.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."