Bilan

Les pays émergents devraient subir des sorties nettes de capitaux

Pour la première fois depuis 1988, les pays émergents devraient en 2015 subir des sorties nettes de capitaux sur l'ensemble de l'année.

"Les pays avec de hauts niveaux d'endettement des entreprises, particulièrement en dollars, auront des difficultés, avec des risques grandissants de défaillances d'entreprises, un affaiblissement des investissements et de la croissance", a estimé Hung Tran, en visant particulièrement deux pays: le Brésil et la Turquie.

Crédits: Reuters

Les pays émergents devraient en 2015 subir des sorties nettes de capitaux sur l'ensemble de l'année, pour la première fois depuis 1988, selon une étude de l'Institute for international finance (IIF) parue jeudi, dans un contexte d'inquiétude autour de ces économies.

L'IIF, association internationale des acteurs de la finance (banques, fonds privés, assureurs, banques centrales, fonds souverains), évalue ces pertes nettes, c'est-à-dire le bilan après comptabilisation des entrées et des sorties de capitaux, à 541 mrd USD.

Notant que les entrées de capitaux en 2015 dans les pays émergents devraient atteindre leur plus bas niveau depuis 2008, Charles Collyns, chef économiste de l'institut, estime dans un communiqué que cette fois-ci, contrairement à ce qui s'était passé au moment de la crise financière, "les raisons sont davantage internes qu'externes", liées à des inquiétudes sur les économies émergentes elles-mêmes, et sur la Chine.

Selon l'IIF, les 30 pays émergents étudiés devraient cette année voir entrer 548 mrd USD, et sortir 1,089 mrd USD, soit un solde négatif de 541 mrd USD.

L'institut a prévenu qu'il n'attendait pas "une reprise rapide" l'an prochain, et qu'il prévoyait que les sorties nettes de capitaux se poursuivent "à un rythme plus modéré."

Hung Tran, l'un des directeurs de l'IIF, a par ailleurs souligné la vunérabilité des pays émergents au moment où la banque centrale américaine, la Fed, s'apprête à relever ses taux.

"Les pays avec de hauts niveaux d'endettement des entreprises, particulièrement en dollars, auront des difficultés, avec des risques grandissants de défaillances d'entreprises, un affaiblissement des investissements et de la croissance", a-t-il estimé, en visant particulièrement deux pays: le Brésil et la Turquie.

Les difficultés des pays émergents sont considérées actuellement comme l'une des plus grandes menaces pour la conjoncture internationale.

Mercredi, la directrice générale du FMI Christine Lagarde a jugé qu'il y avait des "raisons d'être inquiet" pour l'économie mondiale, affaiblie par le ralentissement en Chine et menacée par un "cercle vicieux" lié au prochain relèvement des taux américains.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."