Bilan

Les négociations salariales pour 2014 «à peine satisfaisantes»

Travail.Suisse estime que les revenus augmenteront en moyenne de 1% l'année prochaine. Des résultats décevants pour l'organisation.
Selon les branches, les résultats varient d'un gel des salaires à une hausse de 2,5%.
Travail.Suisse estime que les résultats des négociations salariales pour 2014 sont mitigés et «à peine satisfaisants». Selon l'organisation faîtière des travailleurs, les revenus augmenteront en moyenne de 1% l'année prochaine, mais selon les branches, les résultats varient d'un gel des salaires à une hausse de 2,5%.

«Malgré une situation économique favorable, les négociations salariales 2014 se sont déroulées de manière extrêmement laborieuse», a déploré lundi à Berne Travail.Suisse. Le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO) a même relevé ses prévisions de croissance du produit intérieur brut (PIB) de 2,1 à 2,3% pour 2014.

«Mais les salaires ne suivent pas», a constaté lors de la conférence de presse Gabriel Fischer, responsable de la politique économique de la centrale syndicale. En comparaison des années précédentes, elle observe néanmoins plus de dynamisme pour les salaires minimums.

L'industrie suisse des machines, des équipements électroniques et des métaux (MEM) dispose ainsi d'une nouvelle convention collective de travail (CCT) qui inclut pour la première fois un salaire minimum.

Travail.Suisse relève également une augmentation des revenus minimums plus élevée chez quelques détaillants, des ajustements salariaux à la Poste, ainsi que dans l'hôtellerie-restauration. «Une sécurité pour les employés», tout comme dans la boulangerie pâtisserie confiserie, la coiffure ou le nettoyage, pour citer quelques exemples.

«Nous avons là quelques perspectives réjouissantes pour les bas salaires», se félicite Travail.Suisse. «Un pas dans la bonne direction, mais dont le développement est encore loin d'être terminé», nuance-t-il toutefois.

Inégalités homme-femme

Et la centrale syndicale de dénoncer une fois de plus les différences entre genres qui persistent. Les négociations salariales visant à instaurer l'égalité salariale entre hommes et femmes «ont été totalement décevantes». Les revendications pour une prise en compte spécifique des rémunérations des femmes dans les discussions sont «restées lettre morte».

Les partenaires sociaux disposent de moyens limités pour agir en ce sens, critique-t-il. Mais «la politique n'échappera pas à des mesures et des propositions de solutions plus incisives. Pour Travail.Suisse, il est désormais clair comme de l'eau de roche, qu'il faut maintenant des contrôles automatiques pour l'égalité des salaires», selon Gabriel Fischer.

Risque d'arbitraire

Les syndicats critiquent aussi la répartition des hausses de masse salariale. Avec des critères d'attribution sur une base essentiellement individuelle, l'arbitraire voire le favoritisme menacent. «Des augmentations salariales générales devront impérativement être accordées. Au plus tard l'année prochaine, si le renchérissement augmente de nouveau», revendique M. Fischer.

Pour certaines entreprises ou branches, en particulier dans la communication, les décisions salariales pour 2013 n'ont pas encore été rendues. Un mauvais signe, selon les syndicats. Les négociations avec le leader de la branche Swisscom sont difficiles, relève Matthias Humbel, collaborateur scientifique au syndicat transfair.

Dans certains cantons comme Fribourg ou l'Argovie, les décisions concernant les rémunérations du personnel de l'Etat ne sont également pas encore tombées. Plus généralement, Matthias Humbel critique les discussions budgétaires où les économies se font largement au détriment de ce personnel.

Les négociations avec l'Administration fédérale et les Écoles polytechniques (EPF) montrent pourtant que des adaptations générales de rémunérations sont possibles, note encore le syndicaliste. Elles s'inscrivent pour 2014 à 0,7% pour la première, et à 0,5% pour les secondes. S'y ajoutent aux EPF 1,2% attribué sur base individuelle.



Anne-Elisabeth Celton

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."