Bilan

Les marchés ne devraient pas être durablement affectés par les attentats à Paris

Les attentats de Paris vont se traduire par une diminution de la propension au risque et une précipitation vers les valeurs refuges. Vers 09h30, la paire EUR/CHF se fixait à 1,0813.

Les valeurs françaises exposées à l'industrie du tourisme, qui contribue pour environ 7,5% au PIB français, sont celles qui devraient souffrir le plus.

Crédits: AFP

Les attentats qui ont ensanglanté Paris vendredi dernier pourraient peser à court terme sur les places boursières, mais la plupart des analystes s'attendent à voir les indices rebondir rapidement. La stupeur provoquée par les actions terroristes vont sans doute se traduire par une diminution de la propension au risque de la part des investisseurs et une précipitation vers les valeurs refuges.

Par rapport aux attentats de septembre 2001 "la première réaction des marchés financiers a été de se réfugier dans la qualité", rappelle John Plassard, analyste chez Mirabaud Securities. Les cours des actions ont chuté, l'écart de rendement entre obligations publiques et de sociétés s'est creusé, et la volatilité implicite a augmenté.

Pour les analystes de Credit Suisse, les conséquences négatives immédiates sont à prévoir en particulier en Europe, mais devraient être de nature transitoire. La banque relève toutefois que l'ampleur et la durée de cette réaction est difficile à évaluer.

Les valeurs françaises exposées à l'industrie du tourisme, qui contribue pour environ 7,5% au PIB français, sont celles qui devraient souffrir le plus. "Etant donné que la France à un important secteur touristique, il pourrait y avoir des dégâts pour l'économie si le nombre de touristes baissait", a assuré un analyste de SMBC Nikko Securities, cité par le journal "Les Echos".

L'expérience des attentats de Madrid en 2004 et au Royaume-Uni en 2005 laisse cependant présager que cette phase ne sera "que de courte durée". Selon les experts de CS, les effets à long terme sur les places boursières dépendront plus de l'évolution du contexte politique et macroéconomique.

A ce propos, il faut s'attendre à voir les dépenses sécuritaires augmenter, mais pas au point de faire une différence significative au niveau du total de la demande à court terme, indique pour sa part Holger Schmieding, chez Berenberg. Le besoin de réaction pourrait également se traduire par un creusement des déficits fiscaux.

Sur le marché des devises, l'impact des attentats de Paris semble avoir été digéré. Vers 09h30, la paire EUR/CHF se fixait à 1,0813, à peu près le niveau auquel elle évolue depuis le mois d'août.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."