Bilan

Les managers du SMI gagnent toujours plus

Les salaires des patrons du SMI ont bondi en 2015. L’enveloppe moyenne s’est montée à 7,9 millions de francs, soit 10,8% de plus qu’en 2014. La fin de cette évolution n’est pas en vue.
  • En 2015, le CEO d’UBS, Sergio Ermotti, a touché 3 millions de plus qu’en 2014.

    Crédits: Ennio Leanza/Keystone

Aucune trace de crise, de choc du franc ou de soucis de croissance: une bonne partie des patrons des plus grandes sociétés suisses cotées en bourse se sont vu accorder l’an dernier de généreuses augmentations de salaire. Au premier rang, le CEO du groupe UBS, Sergio Ermotti: il a touché 3 millions de plus que l’année précédente. Aucun autre top manager suisse n’a bénéficié d’une pareille hausse de salaire.

En ce qui concerne l’ensemble de la rétribution, Sergio Ermotti est aussi en tête: avec un total de 14 millions de francs, il prend le premier rang de la liste suisse des plus belles rémunérations (voir tableau ci-contre). Au coude à coude avec le nouveau patron de Credit Suisse, Tidjane Thiam: avec son salaire de 4,6 millions et sa prime d’arrivée, il a touché au total une rémunération de 18,9 millions de francs.

D’autres CEO d’entreprises cotées au SMI ont également vu leur rétribution augmenter sérieusement. A l’instar de Richard Lepeu, patron du groupe Richemont, qui dirige seul, depuis avril, le groupe de luxe. Sa rémunération a augmenté de 26% à 13,5 millions. 

Les salaires des chefs d’entreprise du segment des entreprises de taille moyenne ont certes nettement moins augmenté, mais cette stagnation à court terme doit être relativisée: au sein de ces sociétés, depuis 2010, les rémunérations de la direction ont énormément augmenté, de 41% contre 22% enregistrés parmi les sociétés du SMI.

Axel Weber, le président le mieux payé

Le président de conseil d’administration le mieux payé est Axel Weber (UBS). Rémunérations analogues pour les présidents de Swiss Re (Walter Kielholz), Swatch Group (Nayla Hayek), Galenica (Etienne Jornod) et Novartis (Jörg Reinhardt). «Compte tenu de l’étendue de leur travail, les CEO et les présidents devraient être payés de manière plus ou moins semblable», estime l’expert en rémunérations Urs Klingler, du cabinet de conseil Klingler Consultants.

* Finanz und Wirtschaft. 

Pascal Meisser*

Aucun titre

Lui écrire

Aucune biographie

Du même auteur:

Vers un millésime record pour les dividendes

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."