Bilan

Les malversations d’une entreprise générale menacent 45 familles

Dans les communes de Chancy et Onex, les travaux de 45 maisons ont été interrompus courant février suite aux graves difficultés financières de la société genevoise EDD. Ses responsables sont inculpés pour faux dans les titres.
  • L'entreprise a laissé des maisons inachevées à Chancy. Crédits: Lionel Flusin
  • L'entreprise a laissé des maisons inachevées à Chancy.
  • L'entreprise a laissé des maisons inachevées à Chancy.
  • L'entreprise a laissé des maisons inachevées à Chancy.
  • L'entreprise a laissé des maisons inachevées à Chancy.
  • L'entreprise a laissé des maisons inachevées à Chancy.

C’est la consternation dans les milieux genevois de la construction. L’entreprise générale EDD laisse sur le carreau 35 familles qui devaient prendre possession de leur maison à Chancy, ainsi que 10 autres à Onex. Si des habitations sont achevées à 90%, d’autres nécessitent encore trois mois de travaux. Mais certains propriétaires ont déjà résilié leur bail et sont contraints de camper dans des conditions difficiles. Que s’est-il passé ?

En février dernier, des entreprises mandatées par EDD pour construire les maisons en question se plaignent de ne plus être payées depuis un certain temps. On peut citer, par exemple, CM Cuisines à Nyon, Balestra Galiotto pour le chauffage ou encore Bat-Iso pour la plâtrerie et peinture. Cela concerne une vingtaine de PME familiales, y compris les architectes, ingénieurs civils et géomètres.

Bucher & Moret, le promoteur qui s’est chargé de la mise en valeur de l’opération de Chancy, s’en inquiète. Tout comme la banque qui assure le crédit de construction pour la grande majorité des acquéreurs. Le projet, situé au chemin des Raclerets, a nécessité 9 ans de travail intense pour obtenir les autorisations de construire. Prudent, Bucher & Moret avait alors décidé de diviser en deux sa promotion en confiant la réalisation de 35 maisons villageoises en habitations groupées à EDD et celle de 45 appartements locatifs au groupe EMEG. Si les deux chantiers ont démarré ensemble en 2011, seul celui mené par EMEG vient d’être achevé dans les temps.

Prêts à assumer leurs responsabilités, les trois dirigeants d’EDD se décident à écrire à leurs clients le 22 février dernier et, en parallèle, à aviser des faits le Procureur Général.

En effet, nous pouvons lire dans ce courrier: «Nous sommes au regret de vous annoncer que la livraison de certaines de vos maisons à la date convenue est compromise. Notre société rencontre de graves difficultés financières, qui se traduisent par notre impossibilité actuelle de poursuivre les travaux de votre maison. Nous avons commis l’erreur de croire que nous pouvions combler les pertes de certains chantiers et solder nos arriérés de paiement avec les dernières adjudications que nous avons reçues et celles qui nous étaient encore promises. Tel n’est pas le cas aujourd’hui et nous le regrettons vivement.» Autant dire que les malheureux acquéreurs des maisons en question ont reçu un sacré choc.

Factures falsifiées

En fait, il semble que la vigilance de la banque a été trompée par des factures falsifiées afin d’encaisser des sommes pour le chantier de Chancy, notamment, mais utilisées pour payer les prestations fournies sur des chantiers précédents. Les patrons d’EDD ont admis les faits et ont été inculpés pour faux dans les titres – «mis en prévention» comme l’on dit désormais – par le Procureur en charge de la procédure.

Dès qu’il a eu connaissance de la situation d’EDD, le promoteur Bucher & Moret s’est empressé de bloquer l’argent versé par les futurs propriétaires d’une autre promotion (la construction de 7 appartements en duplex avec garage souterrain). En effet, après avoir mis au concours le mandat d’entreprise générale auprès de trois concurrents, EDD l’avait emporté. Autant dire que les familles en question ont eu plus de chance que celles de Chancy et d’Onex.

Active à la fois sur Vaud et Genève, EDD avait mené à bien de nombreuses promotions jusque-là: 16 appartements à Satigny, 12 appartements à Le Mont-sur-Lausanne, 12 villas contiguës à Nyon, etc.

Atterrés par la situation, Jean-Philippe Bucher et Jean-Michel Moret ont décidé de faire tout leur possible pour aider les 45 familles concernées à Chancy et à Onex. «EDD vient de nous remettre la liste des entreprises et de ce qui leur est dû. Nous allons les rencontrer pour tenter de trouver une solution. De notre côté, alors que nous ne sommes en rien responsables des malversations d’EDD, nous sommes prêts à adjuger des travaux à ces sociétés sur nos futurs chantiers, ainsi qu’à faire un geste financier afin de débloquer ce qui peut l’être», témoignent les deux patrons qui s’apprêtent à démarrer la construction de 160 logements à Genève ces prochains mois, représentant environ 70 millions de francs de travaux.

Serge Guertchakoff

RÉDACTEUR EN CHEF DE BILAN

Lui écrire

Serge Guertchakoff est rédacteur en chef de Bilan et auteur de quatre livres, dont l'un sur le secret bancaire. Journaliste d'investigation spécialiste de l'immobilier, des RH ou encore des PME en général, il est également à l'initiative du supplément Immoluxe et du numéro dédié aux 300 plus riches. Après avoir été rédacteur en chef adjoint de Bilan de 2014 à 2019, il a pris la succession de Myret Zaki en juin 2019.

Du même auteur:

Le capital-investissement connaît un renouveau en Suisse
Le Geneva Business Center de Procter & Gamble récompensé pour ses RH

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."