Bilan

Les informaticiens s'attendent à gagner plus que les banquiers

Selon la dernière étude Universum, les futurs informaticiens suisses présentent les plus hautes prétentions salariales, devant les ingénieurs et les banquiers.

La pénurie d'informaticiens sur le marché suisse fait grimper les salaires dans la branche.

Plus de 80 000 francs par année pour un premier emploi. Voilà le salaire qu’escomptent les étudiants en informatique en suisse, selon une étude du bureau de conseil Universum. Cette somme coiffe le palmarès des attentes salariales des jeunes en formation. Les étudiants en économie (77282 francs) et en ingéniere  (75553 francs) présentent des ambitions moins élevées. Car aujourd’hui, ce n’est plus en devenant banquier que l’on gagne le plus vite de l’argent, mais c’est en travaillant dans l’automatisation, la numérisation et surtout dans la cybersécurité.

Bond des offres d'emploi

Les exigences des informaticiens en devenir reflètent la pénurie actuelle. Les offres d’emplois dans ce domaine ont fait un bond de 74% entre 2016 et 2017, selon l’indice Adecco Group Swiss Job Market. Pour le premier trimestre 2018, celui-ci met en évidence une nouvelle augmentation de 17% par rapport à la même période de l’année précédente. Une inflation constatée dans toutes les régions de Suisse. Du côté des employeurs rêvés dans le secteur l’informatique, Google se place clairement en tête, suivi de Microsoft, IBM, Swisscom et du CERN.

Lire aussi : Les salaires devraient progresser en Suisse en 2018

Sur l’ensemble de l’échantillon, les jeunes sondés placent à 60% l’équilibre entre vie professionnelle et privée au sommet de leurs priorités. Viennent ensuite la stabilité, le souhait de servir une cause et de se sentir utile, puis le désir d’avoir une activité créative ou entrepreneuriale. Concernant les industries préférées, un étudiant sur quatre (23%) rêve de travailler dans le management et le conseil stratégique. La banque fait encore rêver 18% des jeunes, de même que les institutions scientifiques et académiques. En revanche, seuls 9% des sondés se voient dans l’industrie informatique. Des chiffres qui illustrent le décalage entre les besoins réels du marché de l’emploi qui font grimper les salaires et les aspirations professionnelles des jeunes.

L’étude a été menée auprès de 11'000 étudiants, répartis dans 70 universités et hautes écoles, dans l’ensemble de la Suisse.

 

 

Mary Vacharidis
Mary Vakaridis

JOURNALISTE

Lui écrire

Journaliste chez Bilan, Mary Vakaridis vit à Zurich depuis 1997. Durant sa carrière professionnelle, elle a travaillé pour différents titres de la presse quotidienne, ainsi que pour la télévision puis la radio romandes (RTS). Diplômée de l'Université de Lausanne en Lettres, elle chérit son statut de journaliste qui lui permet de laisser libre cours à sa curiosité.

Du même auteur:

CFF: Comment éviter le scénario catastrophe
L’omerta sur le harcèlement sexuel existe aussi en suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."