Bilan

Les hôtels industriels revitalisent Genève

C’est une révolution. Face à l’exiguïté du territoire, les autorités encouragent la densification. Découvrez des projets de bâtiments comptant jusqu'à 7 niveaux hors sol.

L’Espace Tourbillon à Plan-les-Ouates aura une plateforme logistique en sous-sol.

Crédits: Dr

«Nous voulons réinventer le concept d’hôtel industriel», lâche Xavier Jeanneret, directeur général et architecte au sein d’Urban Project. Cette entité, qui appartient au groupe de Claude Berda, multiplie les projets d’envergure: quartier de l’Etang à Vernier, Dents-de-Loup à Lancy, etc.

Un hôtel industriel d’entreprises désigne un bâtiment multifonctionnel hébergeant divers utilisateurs sur plusieurs niveaux. «Nous avons répondu de manière créative à la contrainte de l’exiguïté territoriale, liée à la sanctuarisation de la zone agricole et à la priorité absolue donnée au logement. La seule solution est de densifier», explique Yves Cretegny, directeur général de la Fondation pour les terrains industriels (FTI). Cette entité paraétatique maîtrise (avec l’Etat et les communes) la moitié des terrains en zone industrielle sur Genève. Cela lui permet d’en coordonner l’aménagement et de favoriser la mutualisation des infrastructures et des services, par exemple pour pouvoir créer un réseau de chauffage à distance.

«Si nous pouvons densifier autant c’est parce que l’industrie s’est transformée. Elle s’est numérisée, miniaturisée, bref, tertiarisée. Les contraintes de construction sont donc moins importantes et les programmes plus standards. Il y a de moins en moins besoin de monte-charge ou de hauteur sous plafond», analyse Yves Cretegny. Cela étant, environ 25% des activités ne peuvent entrer dans des hôtels industriels, comme par exemple les recycleurs, les entreprises du gros œuvre ou les vendeurs de véhicules d’occasion.

Reste à savoir si ces hôtels industriels répondent à une demande. Outre le fait qu’il va falloir reloger les nombreuses entreprises présentes au PAV (Praille-Acacia-Vernet) et à l’Etang (Vernier), deux récentes réalisations se sont remplies sans difficulté: ainsi, «au sein de l’Hôtel Industriel des Galants, à Meyrin, livré en juin dernier par deux maîtres d’ouvrage partenaires, il reste moins de 10% de surfaces disponibles. C’est déjà le troisième hôtel industriel que ce groupe réalise. Les hôtels industriels peuvent être facilement sécurisés», observe Sylvain Pelletier, son directeur général, qui prépare déjà un quatrième chantier à Meyrin de 30 000 m2.

Second exemple: Skylab, à Plan-les-Ouates. Loué à près de 86% alors qu’il ne sera livré qu’en octobre, il comprendra aussi diverses surfaces pour une caserne de pompiers et une crèche, ainsi que 1200 m2 de surfaces commerciales. Fruit d’un concours d’architecture remporté par le bureau Bassicarella, Skylab a été développé par Concordo (à l’origine du Bluebox voisin). Il remplira une double certification environnementale: BREEAM et Minergie.

Plusieurs projets en cours

Parmi les projets en cours de démarrage, Quartet (à l’emplacement de l’ancienne usine Hispano à la rue de Lyon) est développé par HRS pour Swisscanto et commercialisé par le spécialiste SPG Intercity. On parle de 57  500 m2 livrables en deux étapes (entre 2017 et 2019).

Egalement en préparation, Dents-de-Loup, à l’emplacement de l’ex-usine Tarex à Lancy, est le fruit d’un partenariat public-privé avec la FTI. Issu d’un concours international sur invitation remporté par LRS Architectes, il prévoit une toiture en shed pour amener une lumière constante vers les places de travail. Ce chantier se déroulera en deux étapes pour une livraison entre 2019 et 2022.

Quant au projet Espace Tourbillon à Plan-les-Ouates, il tente de concilier densification et besoins des industriels en proposant de grandes hauteurs sous plafond et une plateforme logistique en sous-sol. Développé par Swiss Prime Site, il bénéficiera de l’arrivée du tram en 2019.

Enfin, citons le G32 dont le chantier s’est ouvert. Réalisé par Vertical Holding, sa commercialisation va démarrer en fin d’année. Originalité: un hôtel occupera 30 00 m2 sur les 35 000 prévus.

Serge Guertchakoff

RÉDACTEUR EN CHEF DE BILAN

Lui écrire

Serge Guertchakoff est rédacteur en chef de Bilan et auteur de quatre livres, dont l'un sur le secret bancaire. Journaliste d'investigation spécialiste de l'immobilier, des RH ou encore des PME en général, il est également à l'initiative du supplément Immoluxe et du numéro dédié aux 300 plus riches. Après avoir été rédacteur en chef adjoint de Bilan de 2014 à 2019, il a pris la succession de Myret Zaki en juin de cette année.

Du même auteur:

Le capital-investissement connaît un renouveau en Suisse
Le Geneva Business Center de Procter & Gamble récompensé pour ses RH

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."