Bilan

Les fintechs paient de mieux en mieux

Les rémunérations des startups actives dans les technologies financières se rapprocheraient désormais de celles des banques traditionnelles.

  • Au cours des dernières années, nombre de fintechs ont effectué aux Etats-Unis des percées décisives. On pense à Stripe, valorisée à près de 10 milliards de dollars.

    Crédits: Pixabay
  • Paul Battye, CEO de Moorlands. Selon l’étude publiée par son groupe, le revenu annuel moyen d’un CEO de fintech dépasse les 800 000 dollars.

    Crédits: Dr

On vous propose un job dans une fintech? N’hésitez en tout cas pas par crainte d’un salaire misérable. Désormais, les startups actives dans les technologies liées à la finance rémunèrent leurs cadres aussi bien que les établissements traditionnels. Le directeur d’une fintech affiche un revenu comparable à celui du CEO d’une banque cantonale qui gagne près d’un million de francs par année. Voilà ce qu’affirme une récente étude du cabinet de recrutement britannique Moorlands Human Capital. Quelque 500 managers dans des fintechs ont été interrogés en Europe, aux Etats-Unis et en Asie. Les sondés travaillent pour des entreprises dont le chiffre d’affaires varie entre 5 millions et 5 milliards de dollars.

L’enquête conclut que le revenu annuel moyen d’un CEO de fintech dépasse les 800'000 dollars. Le salaire de base moyen s’établit à 353 000 dollars. Et si l’on inclut les primes et les avoirs de retraite, la somme grimpe jusqu’à 857 000 dollars. Un observateur qui préfère ne pas être cité met cependant en doute l’idée que de telles sommes soient la norme en Suisse. «Ces montants s’appliquent peut-être dans des sociétés actives à l’international ayant connu des success stories. Ces chiffres sont sans rapport avec ce que paie une startup helvétique.»

Au cours des dernières années, nombre de fintechs ont en effet effectué aux Etats-Unis des percées décisives. On pense à Stripe, valorisée à près de 10 milliards de dollars pour un nouveau système de paiement qui a séduit Apple et Amazon. Ou encore SoFi (prêts en ligne) et Credit Karma (études de crédit).  

Les directeurs financiers à la traîne

L’étude de Moorlands démontre aussi la primauté du savoir-faire technologique chez les fintechs. Les CTO, c’est-à-dire les chief technology officers, sont deuxièmes sur le podium des salaires après les CEO. Dans l’industrie traditionnelle, c’est la marche occupée par le CFO, le responsable des finances. Selon l’étude, la rémunération totale pour un CTO dans une fintech atteint 521 000 dollars. Viennent ensuite les directeurs du marketing et des ventes avec 235 000 dollars. Les directeurs financiers (CFO) n’arrivent qu’ensuite. 

Dans un commentaire, Paul Battye, CEO de Moorlands, explique les différences salariales au sein de la direction par le fait que l’acquisition de clients prime pour les jeunes entreprises. C’est pourquoi les directeurs des ventes et du marketing sont si bien payés. 

Mary Vacharidis
Mary Vakaridis

JOURNALISTE

Lui écrire

Journaliste chez Bilan et community manager pour le site bilan.ch, Mary Vakaridis vit à Zurich depuis 1997. Durant sa carrière professionnelle, elle a travaillé pour différents titres de la presse quotidienne, ainsi que pour la télévision puis la radio romandes (RTS). Diplômée de l'Université de Lausanne en Lettres, elle chérit son statut de journaliste qui lui permet de laisser libre cours à sa curiosité.

Du même auteur:

CFF: Comment éviter le scénario catastrophe
L’omerta sur le harcèlement sexuel existe aussi en suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."