Bilan

Les entreprises de l'Arc jurassien optimistes pour 2018

Les prévisions en matière d'entrées de commandes pour le début de l'année indiquent une poursuite de la hausse amorcée cette année dans l'Arc jurassien.

Comme les cantons du Jura et de Neuchâtel, le Jura bernois est une région exposée aux composantes cycliques.

Crédits: keystone

La reprise économique dans l'Arc jurassien se confirme pour 2018. Les prévisions en matière d'entrées de commandes pour le début de l'année indiquent une poursuite de la hausse amorcée cette année. Ce regain d'activité s'accompagne d'une forte demande d'ingénieurs.

Les volumes d'affaires gagnent en importance pour la plupart des acteurs industriels, relève la Chambre d'économie publique du Jura bernois (CEP) dans son baromètre industriel présenté mardi. Cette homogénéité dans l'anticipation des commandes témoigne de la dynamique positive qui gagne l'Arc jurassien.

La plupart des entreprises interrogées tablent sur des résultats en nette amélioration pour le premier semestre. Ce regain d'optimisme est notamment lié à la stabilisation du franc à un niveau légèrement moins dommageable pour les activités d'exportation, note la CEP.

Ce sondage montre que les projections liées au développement de l'entreprise sont optimistes pour la majorité des acteurs régionaux. Ce retour de la confiance des entrepreneurs est bienvenu à l'heure où l'industrie suisse incorpore la révolution technologique avec la transformation numérique, souligne la CEP dans son baromètre.

L'enquête conjoncturelle d'automne de la Chambre neuchâteloise du commerce et de l'industrie (CNCI) arrivait aux mêmes constats. Comme les cantons du Jura et de Neuchâtel, le Jura bernois est une région exposée aux composantes cycliques et largement dépendante des marchés d'exportation.

Quant aux capacités d'investissement, elles progressent tout en demeurant à un niveau insuffisant. Elles peinent à décoller pour les petites entreprises, après les mauvais résultats enregistrés entre 2015 et 2017. "La sortie d'une période éprouvante n'est pas instantanée", constate le directeur de la CEP Patrick Linder.

Demande d'ingénieurs

La confirmation de cette reprise généralisée s'accompagne d'un besoin croissant en ingénieurs dans les entreprises. Les mutations industrielles nécessitent un certain nombre de compétences et de savoir, note la CEP qui estime qu'il n'y a aucune saturation sur ce marché et que la demande ne pourra pas toujours être satisfaite.

Les entreprises greffent de plus en plus fréquemment une prestation de services sur les activités originelles des ingénieurs. Une tendance menant les ingénieurs vers les postes de cadres, dans la vente ou la maintenance à l'étranger illustre ce phénomène. Pour la CEP, on se dirige vers l'émergence d'un profil d'ingénieur généraliste.

Le baromètre industriel de la CEP met à jour les grandes tendances du secteur secondaire en interrogeant quatre fois par année un panel d'entreprises représentatives de l'industrie de l'Arc jurassien. Il s'appuie sur les anticipations des entrepreneurs.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."