Bilan

Les cellules de dégrisement coûtent très cher à Zurich

Les cellules de dégrisement de la ville de Zurich, uniques en Suisse, croulent sous la demande. D'autres communes y envoient leurs cas lourds. Quitte à faire exploser les coûts.
Une cellule de dégrisement de la ville de Zurich à Urania, à l'occasion de l'inauguration en mars 2010. Elles ont depuis été repeintes en rose, afin de calmer l'agressivité des détenus.
La ville de Zurich est la seule en Suisse à proposer des cellules de dégrisement. Et ces dernières connaissent un succès dont les autorités se seraient bien passées. A tel point que la centrale d'accueil reste désormais ouverte tous les jours, alors qu'elle ne devait l'être que les week-ends. Et elle accueille désormais 80 personnes par mois alors que le projet pilote prévoyait plutôt 600 par année, comme le rappelle la Neue Zürcher Zeitung.

Parmi les raisons qui expliquent ces dépassements figure le nombre croissant de personnes ramenées par la police cantonale depuis le début de l'année. Et cela au nom de l’entraide et du soutien mutuel entre les communes, explique la police municipale.

Alors que la moyenne ne dépassait pas 500 personnes par année depuis le lancement du projet en 2010, les douze cellules ont déjà accueilli près de 550 «clients» entre janvier et juillet 2013, dont 92 par la police cantonale en provenance d'autres communes zurichoises.

Les «clients» ne paient pas

Cette hausse de la fréquentation a des conséquences car cette infrastructure génère des coûts importants de fonctionnement en personnel médical et policier.

La ville avait anticipé un déficit de 3,56 millions pour la période allant d'avril 2012 à mars 2015 mais ce montant sera de toute évidence dépassé. Non seulement en raison de la hausse de la fréquentation des cellules mais également en raison du faible moral de paiement des «clients» qui a forcé les autorités à s'adapter.

Bientôt une nouvelle centrale?

Au début des cellules, les prestations étaient tarifées entre 600 et 950 francs mais un quart des «hôtes» n'arrivait pas à les honorer. La ville de Zurich a donc revu à la baisse ses factures entre 450 et 600 francs et assume le reste des charges alors que son forfait devait initialement se monter à 325 francs par cas, car le coût d'un séjour atteint en moyenne 1400 francs. La ville paie donc désormais environ 800 francs par personne.

En outre, la centrale d'Urania n'est plus adaptée à l'afflux et devrait envisager une extension ou un déménagement à moyen terme, autre source de frais. Pour les opposants au projet, le constat est clair: ces cellules sont trop chères et doivent absolument assurer leurs coûts.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."