Bilan

Les acteurs suisses de l'électricité veulent un accès au marché européen

Dans un communiqué, les principaux acteurs helvétiques du secteur demandent à être consultés dans la conception du marché commun de l'électricité en Europe.

Cette prise de position est l'oeuvre de l'Office fédéral de l'énergie, de la Commission fédérale de l'électricité (ElCom), de l'organisation des grandes entreprises du réseau d'interconnexion (swisselectric), du gestionnaire du réseau de transport (Swissgrid) et de l'Association des entreprises électriques suisses (AES).

Crédits: Keystone

La Suisse devrait coûte que coûte participer au marché européen de l'électricité. Les acteurs helvétiques du secteur plaident en choeur leur cause, mettant en exergue leur capacité à assurer la stabilité du réseau transfrontalier. Mais il faudra tout d'abord conclure un accord bilatéral provisoire avec l'UE.

Les deux parties devront mettre sous toit cet arrangement d'ici le mois de juin. Sans cela, l'accès de la Suisse au nouveau marché intégré ne pourra être garanti, avait précisé fin janvier le commissaire européen à l'énergie Miguel Arlas Canete à la ministre de l'énergie Doris Leuthard.

L'Espagnol doit venir à Berne fin mars pour évaluer l'état des négociations au sujet de ce texte, gelé depuis l'adoption de l'initiative sur l'immigration de masse. Le temps commence à presser, étant donné que le nouveau règlement de l'UE sur le couplage des marchés entre en vigueur le 1er juillet. Berne doit donc veiller à ne pas rester à quai.

Les acteurs principaux du secteur prennent le taureau par les cornes. Dans un communiqué diffusé mercredi, ils appellent à être consultés dans la conception du marché commun.

Ils font valoir que la Suisse possède des atouts qui peuvent aider à stabiliser le nouveau système. Ses centrales jouissent d'une capacité élevée, ce qui faciliterait l'intégration du courant solaire et éolien, éviterait de grosses variations de tarifs, et augmenterait la sécurité de l'approvisionnement.

Les infrastructures helvétiques bénéficient de suffisamment de marge de manoeuvre pour non seulement couvrir les besoins intérieurs, mais également proposer à l'Europe la flexibilité nécessaire. Et ce notamment en périodes de charge élevée ou au contraire minime.

Pour les acteurs suisses, le nouveau marché européen devra être libéré des distorsions du marché et autres subventions. Les pénuries devront se répercuter sur les prix.

Mais les effets de marché pourront être limités et compensés par l'apport de conditions complémentaires de production et de consommation. Cela permettra de disposer de marchés ouverts et favorisera le commerce transfrontalier.

Cette prise de position est l'oeuvre de l'Office fédéral de l'énergie (OFEN), de la Commission fédérale de l'électricité (ElCom), de l'organisation des grandes entreprises du réseau d'interconnexion (swisselectric), du gestionnaire du réseau de transport (Swissgrid) et de l'Association des entreprises électriques suisses (AES).

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."