Bilan

Les sociétés suisses encore loin de féminiser leurs directions

Les entreprises suisses ont encore un long chemin à parcourir pour avoir plus de femmes à des postes de direction. La majorité des sociétés cotées sur l'indice vedette SMI ne remplissent pas la barre des 20% définie dans la législation et aucune n'est dirigée par une directrice générale. En comparaison internationale, la Confédération est loin de briller en la matière.

Crédits: DR

Dans l'ensemble, les 20 sociétés cotées sur l'indice phare de la Bourse suisse comptent 13% de cadres dans leurs directions générales, un pourcentage en modeste hausse d'un point de pourcentage comparé à 2020, a indiqué mardi dans une étude le cabinet de recrutement de cadres dirigeants Russell Reynolds. Parmi ces entreprises, aucune n'a attribué le poste de directeur général à une femme et seule une société compte une directrice financière.

Les grands groupes helvétiques sont donc encore loin de se conformer à la législation, entrée en vigueur cette année, et qui prévoit pour les sociétés cotées d'au moins 250 employés une part de 30% de femmes dans les conseils d'administration et de 20% dans les directions.

Parmi les sociétés vertueuses se trouvent sept entreprises à dépasser la barre des 20%, avec en tête Credit Suisse (27%), Lonza (25%) et Zurich Insurance (25%). Le gros du peloton évolue entre une part de 8% (Swiss Re) et 17% (Nestlé). Les mauvais élèves ne comptant aucune femme au sein de leur direction sont Swisscom, Swiss Life, SGS, Richemont, Geberit et Alcon, selon l'étude.

Les auteurs de l'étude ont relevé qu'aucune des cadres féminines nouvellement nommées n'est de nationalité suisse.

Les sociétés inscrites sur l'indice élargi SMIM ont pour leur part effectué un bond en avant, passant d'une part de 7,8% en 2020 à 12,6% cette année. Temenos, avec un pourcentage de 36%, Ems-Chemie (25%) et Logitech (25%) sont les sociétés les plus vertueuses en matière de féminisation des directions, alors que SIG Combibloc, Cembra Money Bank ou encore Flughafen Zurich misent sur des direction entièrement masculines.

En comparaison internationale, la Suisse figure au fond du classement, à l'opposé de pays plus vertueux comme la Norvège qui affiche une part de 29,6% de femmes aux directions de leurs grandes entreprises, ainsi que le Royaume-Uni (25,7%) et la Suède (25,4%). L'Italie (13,1%) et l'Allemagne (11,4%) font également partie des mauvais élèves en la matière.

al/jh

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."