Bilan

Les gares veulent être plus attrayantes

Les CFF ambitionnent d’améliorer l’accueil et la convivialité dans les gares. Cela passe par la sélection d’enseignes de qualité, la propreté, la luminosité et l’offre de différents services.

  • La future gare genevoise des Eaux-Vives offrira un large choix de commerces locaux.

    Crédits: Dr
  • Les CFF privilégient les concepts affirmés, tel le restaurant végétarien Tibits à Lausanne.

    Crédits: Dr

Revaloriser des espaces qui longtemps étaient craints, telle est la volonté des CFF qui étoffent leur offre de services pour les touristes mais aussi pour les voyageurs quotidiens et les habitants de la ville. En effet, la plupart des grandes gares suisses comptent désormais non seulement de nombreux commerces et restaurants, mais également un office du tourisme, une société de location de voitures, une vélostation ou encore des écoles, centres de santé, salle de conférences et autres lieux de coworking. A Zurich, les CFF ont innové avec un guichet Ikea, des pop-up stores locaux et une information clientèle interactive grâce au robot Pepper actuellement testé dans la gare centrale. L’offre gastronomique dans la plupart des gares s’est également diversifiée afin d’en faire non plus des endroits où l’on mange entre deux trains en correspondance, mais des lieux où l’on se rencontre sans forcément devoir voyager. Les gares deviennent ainsi de véritables centres de vie à l’intérieur de la ville. 

«Le fait d’avoir des gares animées, bien éclairées, confortables avec des commerces ouverts tôt le matin et tard le soir rend le sentiment de sécurité plus fort», commente Yves Jacot. Mais rendre une gare plus conviviale est le résultat de plusieurs facteurs, ajoute le responsable du développement des gares chez CFF immobilier comme «l’ambiance et l’identité des espaces, la qualité et la diversité des services offerts, l’effort envers la propreté, la luminosité ou l’entretien». 

Les CFF ont également mis à disposition plusieurs éléments afin de lutter contre le vandalisme, tels que peintures antitags, éclairage des lieux sensibles ou encore caméras de surveillance. Certaines gares disposent également d’un poste de police. 

A Genève, la future gare des Eaux-Vives offrira un large choix de commerces habituels – Migrolino, Brezelkönig ou le caffè Spettacolo – mais va également faire la part belle à des enseignes locales telles que la boulangerie Wolfisberg, le caviste Nicolas, Fleuriot Fleurs ou encore Pharmacie Principale. Seront également présents la Fnac, une succursale Manor et probablement un salon de coiffure. Au niveau des restaurants, c’est Yves Grange, régisseur et cofondateur du restaurant Les Trois Verres à Genève, qui a été choisi pour installer une brasserie méditerranéenne haut de gamme ainsi qu’un deuxième restaurant italien sur l’Esplanade de la future gare du Léman Express. «Les CFF ne privilégient pas l’une ou l’autre enseigne. Ils privilégient uniquement les concepts affirmés, si possible locaux et orientés vers les besoins et les tendances futures», explique Yves Jacot. 

Des loyers proportionnés

Et afin de limiter le risque économique du locataire, les loyers sont le plus souvent définis en fonction du chiffre d’affaires: «Ainsi, les CFF sont intéressés à maintenir la qualité et la sécurité dans les gares pour la bonne marche de ses propres affaires.» Rappelons que d’ici à 2023, près de 580 gares en Suisse seront modernisées pour un budget de 3 milliards de francs, notamment pour améliorer l’accès aux personnes à mobilité réduite. A Genève, les CFF prévoient de rénover six haltes situées sur le parcours du Léman Express pour un budget de quelque 56 millions de francs. 

Chantal De Senger
Chantal de Senger

JOURNALISTE

Lui écrire

Licenciée des Hautes Etudes Internationales de Genève (IHEID) en 2001, Chantal de Senger obtient par la suite un Master en médias et communication à l'Université de Genève. Après avoir hésité à travailler dans une organisation internationale, elle décide de débuter sa carrière au sein de la radio genevoise Radio Lac. Depuis 2010, Chantal est journaliste pour le magazine Bilan. Elle contribue aux grands dossiers de couverture, réalise avec passion des portraits d'entrepreneurs, met en avant les PME et les startups de la région romande. En grande amatrice de vin et de gastronomie, elle a lancé le supplément Au fil du goût, encarté deux fois par année dans le magazine Bilan. Chantal est depuis 2019 rédactrice en chef adjointe du magazine Bilan et responsable du hors série national Luxe by Bilan et Luxe by Finanz und Wirtschaft.

Du même auteur:

Le road show de DSK passe par Genève
Genève accueille le premier salon suisse du champagne

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."