Bilan

Les exportations horlogères continuent de chuter en mai

Les exportations horlogères suisses ont continué de se replier en mai en raison des mesures introduites pour limiter la propagation du coronavirus au niveau mondial. La chute est cependant moindre que celle encaissée en avril, annonce jeudi l'Administration fédérale des douanes (AFD).

Crédits: Keystone

Les envois à l'étranger de garde-temps helvétiques se sont inscrits en mai à 655,6 millions de francs, une diminution de 67,9% en comparaison annuelle. En avril, mois marqué par les mesures de confinement dans beaucoup de marchés, les exportations s'étaient effondrées de 81,3% à 328,8 millions.

Sur les cinq premiers mois de l'année, elles ont dévissé de 35,8% à 5,7 milliards de francs, relève la Fédération de l'industrie horlogère (FH).

Les principaux débouchés ont tous perdu plus de la moitié du niveau qu'ils affichaient une année auparavant, sans exception.

La Chine pèse

La Chine, premier débouché pour deux mois consécutifs, ne s'est pas distinguée et a accusé une baisse de 54,6% à 102,2 millions. "La reprise ne semble pas encore acquise sur ce marché", commente la FH. Après avoir été affecté en premier par le Covid-19, l'Empire du Milieu a, à partir du mois d'avril, pu rouvrir ses boutiques.

Hong Kong, en deuxième position, a cédé 68,8% et l'Allemagne, troisième, 53,2%.

Les autres principaux débouchés, dont les Etats-Unis (-79,2%), le Japon (-74,2%), la France (-76,7%), Singapour (-74,8%) ou le Royaume-Uni (-76,7%), ont reculé plus que la moyenne.

L'ensemble des segments de prix a connu une baisse identique, en valeur comme en volume. Au total, la branche a exporté 1,3 million de pièces en moins par rapport à mai 2019.

Légère amélioration attendue


Grâce au déconfinement qui avance dans la plupart des pays, la situation devrait légèrement s'améliorer et le repli des exportations horlogères suisses diminuer d'ampleur au cours des prochains mois, fait remarquer l'analyste Patrik Schwendimann de la Banque cantonale de Zurich (ZKB).

L'évolution restera cependant négative, d'une part en raison de l'absence de la clientèle chinoise, friande de shopping à l'étranger. En Europe, les touristes génèrent environ 50% des recettes du secteur du luxe.

Credit Suisse pour sa part souligne que la diminution de revenus à la suite de la perte d'emplois ainsi que la prudence accrue des consommateurs vont continuer de peser sur l'industrie horlogère dans les prochains mois.

Une éventuelle seconde vague de coronavirus ne peut pas être écartée pour le moment. A Pékin, le ministère chinois de la Santé a fait état de 21 malades supplémentaires au cours des 24 dernières heures dans cette ville de 21 millions d'habitants, portant à 158 le nombre de cas recensés depuis la semaine dernière.

La vie avait repris un cours quasi normal à Pékin après deux mois sans aucune contamination. Mais l'apparition il y a quelques jours d'un nouveau foyer d'infection a relancé la vigilance.

A 11h51, les titres des deux principaux groupes horlogers suisses avaient pris des chemins différents. La porteur Swatch prenait 0,2% à 192,60 francs, tandis que Richemont s'étiolait de 0,5% à 59,24 francs dans un indice SMI en repli de 0,24%.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."