Bilan

Les caves changent de visage en Valais

Plusieurs grandes sociétés ont modifié leur structure: Provins devient une SA, Les Fils Maye renforcent leur ADN valaisan, et Les Fils de Charles Favre cherchent un nouveau directeur.

Provins pourra désormais refuser une partie de la vendange.

Crédits: Sedrick Nemeth

Le monde de la viticulture valaisanne ne s’est pas mis en pause ce premier semestre, malgré le confinement. En effet, plusieurs grandes caves ont modifié leurs structures, telles Provins, Les Fils Maye et Les Fils de Charles Favre. En cause toujours, une concurrence rude et une évolution des habitudes de consommation. Le tout dans un contexte difficile, encore aggravé par l’incertitude croissante sur les volumes de vendanges acceptés.

«Cette année est vraiment spéciale, car il y a de grands mouvements dans l’encavage, avec un arrêt ou une diminution de cette activité par plusieurs entreprises de négoce, en plus de la crise sanitaire», confirme Frédéric Rouvinez, membre de la direction des Fils Maye. Celle-ci n’échappe pas aux transformations: elle cherche actuellement un nouveau directeur pour la société Les Fils de Charles Favre, dont elle est actionnaire majoritaire depuis fin 2018. L’ancien responsable exécutif, Vincent Courtine, a en effet quitté le navire à la suite de divergences sur la stratégie de l’entreprise. Membre de la direction de La Famille Rouvinez, Philippe Rouvinez assure l’intérim à la tête de la cave sédunoise jusqu’à l’arrivée d’un remplaçant, prévue pour l’automne. De plus, l’encavage se déroulera pour la seconde année sur le site de production de Martigny, plus adapté, et devrait s’y établir. Le centre de compétences viticoles, tout comme l’équipe administrative et commerciale, ainsi que le shop et certains stocks restent à Sion.

La principale transformation concerne la plus grande cave de Suisse: après nonante ans d’existence, Provins se transforme en société anonyme. L’assemblée des actionnaires du mois d’avril a voté «oui» à plus de 95% en faveur de son rachat par Fenaco. La société coopérative agricole helvétique devient actionnaire majoritaire de Provins avec 70% du capital-actions, le solde restant en mains d’ex-sociétaires. Cette solution hors canton permet de faire face à des dettes démesurées (quelque 52 millions de francs d’endettement pour un chiffre d’affaires de 47 millions l’an dernier) et d’assurer le maintien des postes, des sites de production et le paiement des vendanges passées. A noter que la coopérative Fenaco de 6,7 milliards de chiffre d’affaire détient déjà un réseau de distribution important en Suisse alémanique.

Comme promis par Fenaco, la nouvelle direction est valaisanne. Michel Charbonnet (auparavant directeur des eaux minérales d’Aproz) reprendra les rênes au 1er septembre 2020 à Otmar Hofer. En revanche, il y aura des changements: l’entreprise pourra refuser une partie de la vendange et ne cible que 6 à 7 millions de kilos de raisins à encaver. De leur côté, les anciens sociétaires, à présent actionnaires, pourront choisir de livrer ailleurs.

«Une identité plus forte»

A l’inverse du numéro 1 valaisan, Les Fils Maye a restructuré son actionnariat localement cette année: quatre branches des familles fondatrices ont réuni leurs actions et racheté d’autres parts afin d’atteindre une majorité absolue et valaisanne. Notamment, les 25% du capital-actions détenus par Léo Farquet (avocat valaisan et ancien président de Saxon) qui sort du capital.

Elles ont créé en janvier une nouvelle holding, LFM Capital SA, qui détient 52% de la cave de Riddes. «L’objectif est de parler d’une seule voix à l’assemblée générale», explique Philippe Nantermod, président du conseil d’administration des Fils Maye. Ce remaniement évite aussi un dispersement des actions, favorable à un rachat par un acteur externe. «Nous voulions adopter une nouvelle stratégie pour renforcer notre position avec une identité plus forte auprès de nos clients», ajoute encore le conseiller national PLR. Stéphane Maccaud, directeur ad interim, est confirmé dans ses fonctions.

Patricia Meunier

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."