Bilan

Les 300 plus riches de Suisse

Quatorze personnalités font leur entrée dans notre classement 2018, dont trois milliardaires et plusieurs entrepreneurs romands. Les Français apprécient toujours la Suisse (Ils sont 54 cette année), tout comme les hommes d'affaires venus de l'ex-URSS (19). Une enquête coordonnée par Serge Guertchakoff réalisée en Partenariat avec Bilanz.

  • Crédits: Getty images

Pas mal de changements ont marqué cette année. Notamment le fait que la famille Kamprad n’occupe plus la tête de notre classement, après une domination qui aura duré seize ans sans discontinuer! Certes, Ingvar Kamprad est décédé, mais surtout, la fortune héritée par ses trois fils, bien que conséquente, a provoqué une division par trois du patrimoine familial. Dans le portrait consacré aux Kamprad (p. 80), nous expliquons comment Bilan a estimé leur fortune actuelle. Ainsi donc, les familles Oeri et Hoffmann (p. 81) reprennent logiquement la tête de notre classement. Entre 2000 et 2018, leur patrimoine est passé d’environ 14 milliards à environ 25 milliards de francs.

Nouveaux milliardaires

Autre nouveauté conséquente: l’entrée fracassante d’un Russe méconnu, Andrey Melnichenko (p. 83), 46 ans, venu s’installer à Saint-Moritz (GR). Ce milliardaire serait à la tête d’un patrimoine estimé à plus de 12 milliards de francs, autant qu’un Karim Aga Khan (p. 82) ou que les familles Bonnard et Schindler (p. 83). Davantage qu’un Viktor Vekselberg (p. 83), dont le nom est apparu sur les listes américaines de personnalités devant faire l’objet de sanctions. Andrey Melnichenko s’est lancé dans les affaires en ouvrant un bureau de change à l’intérieur de son université. Après avoir gagné ses premiers 50 000 dollars, il a réussi à décrocher le statut de banque à ce qui est devenu MDM Bank. Laquelle est aussi à l’origine de la fortune d’un autre Russe résidant en Suisse, Sergei Popov (4 à 5 milliards, p. 90), son ancien associé qui avait repris ses parts dans MDM. Après cela, Andrey Melnichenko a réinvesti ses gains dans Eurochem, devenu le plus gros producteur d’engrais de Russie. Un engrais qui, visiblement, est parvenu à doper non seulement les plantations, mais aussi les espèces sonnantes et trébuchantes.

Outre ce Russe, un milliardaire tchèque est venu s’installer à Verbier, Karel Komarek (p. 96), 49 ans. Cet autodidacte est le fondateur du groupe international KKCG, qui investit notamment dans les secteurs comme l’industrie pétrolière et gazière, les jeux de hasard, les nouvelles technologies, le tourisme et l’immobilier. Avec son compatriote Jiri Smejc, il s’intéresse à racheter la Française des Jeux dans le cadre de la privatisation de cette dernière qui devrait intervenir à la mi-2019. Karel Komarek rejoint ainsi ses compatriotes Radovan Vitek (p. 90), Zdenek Bakala (p. 111) et Pavel Tykac (p. 108). Le troisième milliardaire arrivé en Suisse est un Israélien d’origine turque, Sami Sagol (p. 103). Ce septuagénaire est venu s’établir au Tessin après avoir réussi à devenir un géant de l’industrie plastique. 

Le Russe Andrey Melnichenko, installé  à Saint-Moritz (GR), serait à la tête d’un patrimoine estimé à plus de 12 milliards de francs. (Crédits: Maxim Marmur)

La formidable manne de la bière

Dans cette nouvelle édition, on constatera également que de nombreuses fortunes proviennent de la bière et plus généralement du secteur des boissons. Que ce soit le Suisse Jorge Lemann (p. 80) qui reste à la 2e place de notre classement malgré une baisse de sa fortune de 7 milliards de francs. En cause, la société d’investissement 3G Capital, qu’il anime, a perdu un tiers de sa valeur. Il est l’un des principaux actionnaires du géant AB InBev, aux côtés du Vaudois d’adoption, le Belge Alexandre Van Damme (p. 83). Nous avons réévalué le patrimoine de ce dernier (+5 milliards) afin de tenir compte de ses diverses participations, y compris dans Restaurant Brands International (Burger King, Tim Hortons et Popeyes), mais aussi dans le géant du café Jacobs Douwe Egberts. 

Cependant, le Belge est encore devancé par la concurrence, soit par la famille de Charlène de Carvalho-Heineken (p. 82). Durant l’année écoulée, Heineken s’est offert 40% de China Resources Beer Holding. Cette famille est à égalité, dans notre classement, avec la famille Castel (p. 82), dont le principal animateur, Pierre Castel, réside sur Genève. Bien connu dans l’univers du vin, ce dernier a néanmoins fait fortune en bonne partie grâce à ses ventes de bière sur le continent africain. 

Le roi de la vodka, le milliardaire Juri Shefler (p. 98), se trouve aussi dans notre pays, plus précisément en Valais. Il détient plus de 380 marques, dont la fameuse Stolichnaya. Toujours dans la bière, rappelons la présence plus récente du conte Marc-Oswald Van der Straten-Ponthoz (p. 103), autre Belge descendant des fondateurs de la bière Stella Artois, comme Alexandre Van  Damme. 

Ajoutons encore les frères Alexis et Patrice Bailo de Spoelberch (p. 112), deux héritiers d’une famille belge devenue actionnaire d’AB InBev. Citons aussi les enfants de feu Gustave Leven (p. 128), qui est à l’origine du succès phénoménal de Perrier. Ces derniers résident pour la plupart dans la région genevoise. Enfin, les familles Schenk et de Simone (p. 129), propriétaires du géant Schenk qui est le leader suisse du négoce de vins et détiennent, entre autres, l’Aigle les Murailles, marque de vin la plus célèbre du pays.

Des entrepreneurs suisses

Par ailleurs, outre les trois nouveaux milliardaires, ce nouveau classement fait apparaître 13 autres noms, dont le Français Alain Boucheron (p. 120), mais aussi les entrepreneurs suisses Marc Bürki et Paolo Buzzi (p. 125), les deux cofondateurs de Swissquote; Philippe Glatz (p. 127), propriétaire de la Clinique des Grangettes qui en a cédé récemment 30% au Groupe Hirslanden; David Marcus (p. 128), qui après avoir fait fortune en revendant le service de paiement mobile Zong, œuvre désormais au sein de Facebook; Michael Lahyani (p. 134), qui est actif dans l’immobilier à Dubaï depuis plus de dix ans; ou encore Ernest Loumaye (p. 134), ancien de Serono qui vient d’introduire en bourse avec succès ObsEva, active dans le traitement de l’infertilité.  

Ce classement 2018 des 300 plus riches de Suisse a été réalisé grâce aux contributions de: BILAN: Francesco  Bonsaver, Jean-Philippe Buchs, Luigino Canal, Fabrice Delaye, Etienne Dumont, Daniel Eskenazi, Vincent Gillioz, Olivier Grivat, Serge Guertchakoff, Michel Jeannot, Philippe Lugassy, Chantal de Senger, Patricia Meunier, Marat Shargorodsky, Marjorie Théry, Mary Vakaradis, Myret Zaki
BILANZ: Philipp Albrecht, Corinne Amacher, Erich Gerbl, Marc Kowalsky, Iris Kuhn-Spogat, Stefan Lüscher, Maren Meyer, Thomas Müller, Erik Nolmans, Walter Pellinghausen, Bernhard Raos, Dirk Ruschmann, Dirk Schütz, Florence Vuichard, Christian Wapp.


Méthodologie 

Notre classement inclut à la fois les Suisses, quel que soit l’emplacement de leur résidence principale, et les étrangers établis en Suisse, à condition d’avoir 100 millions de francs au moins de fortune nette. Fortune nette.

Serge Guertchakoff

RÉDACTEUR EN CHEF ADJOINT À BILAN

Lui écrire

Serge Guertchakoff est rédacteur en chef adjoint à Bilan et auteur de quatre livres, dont l'un sur le secret bancaire. Journaliste d'investigation spécialiste de l'immobilier, des RH ou encore des PME en général, il est également responsable du supplément Immoluxe et du numéro dédié aux 300 plus riches.

Du même auteur:

Le capital-investissement connaît un renouveau en Suisse
Le Geneva Business Center de Procter & Gamble récompensé pour ses RH

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."