Bilan

L’élève regagne le cœur du processus éducatif

Persuadées que les enfants ont la capacité de s’instruire par eux-mêmes, des écoles les laissent aux commandes de leur apprentissage.

L’enfant doit-il être acteur de son éducation? Pour rappel, le modèle éducatif a longtemps été livresque et passif. Ce n’est qu’au XVIIIe siècle que le regard sur l’enseignement a significativement changé. Le philosophe Jean-Jacques Rousseau affirmait ainsi que l’enfant apprend mieux lorsqu’il élabore ses propres pensées et parvient à ses propres conclusions. Aussi est-il préférable de le laisser diriger ses activités plutôt que de lui imposer des leçons ânonnées par un maître. Plus récemment, le pédagogue français Célestin Freinet (1896-1966) a soutenu la même idée. «L’école est faite pour apprendre, mais l’essentiel doit venir de l’apprenant lui-même, et l’apprentissage doit être immergé dans la vie de tous les jours.»

Mettre l’individu au centre des apprentissages n’est donc pas un concept nouveau. «Pourtant, ce n’est que depuis quelques années que le rôle de l’apprenant est à nouveau considéré comme important, note Grégoire Evéquoz dans La carrière professionnelle 4.0 (Editions Slatkine). Plusieurs expérimentations pédagogiques récentes visent en effet à remettre les individus au cœur des apprentissages. Elles portent en elles les germes de ce vers quoi l’école va devoir évoluer.»

Des initiatives novatrices

Il cite la classe inversée dans laquelle les élèves apprennent la matière chez eux, de manière indépendante, à l’aide d’un programme d’apprentissage (vidéos didactiques, podcasts, etc.). Le lendemain, les nouvelles connaissances sont appliquées en classe par le biais de cas pratiques, de travaux en groupe et de discussions interactives. «L’enseignant est là pour proposer les exercices, accompagner les élèves et organiser le temps.»

Autre exemple, celui de l’école 42 du Français Xavier Niel. «Ici, il n’y a plus de professeur. L’apprenant doit être autonome et collaboratif. Il apprend à son rythme, organise son temps comme il le souhaite», poursuit Grégoire Evéquoz. L’apprentissage se fait en situation, c’est le «learning by doing».

Le hackschooling, enfin, pousse le concept encore plus loin puisqu’il n’y a désormais plus d’école. Inventé par Logan LaPlante, un adolescent de 13 ans qui a déserté les bancs de l’école à 9 ans, il fait la part belle à l’autoformation et à l’apprentissage par les pairs.

Castilloamanda2018 Nb
Amanda Castillo

Journaliste

Lui écrire

Amanda Castillo est journaliste freelance. Elle collabore régulièrement avec plusieurs médias dont Bilan et Le Temps. Ses sujets de prédilection: le management et le leadership.

Du même auteur:

Les hommes rêvent de jeunesse éternelle
La longue série noire de la famille royale espagnole

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."