Bilan

L'économie suisse orientée à la baisse, selon le baromètre du KOF

La tendance à la baisse pour l'économie suisse, amorcée en fin d'année dernière, s'est confirmée en janvier, selon le baromètre du KOF, un indicateur qui permet de suivre l'évolution à court terme du Produit intérieur brut (PIB) du pays alpin.

Le baromètre de l'École polytechnique fédérale de Zurich est à la baisse.

Crédits: Keystone

En janvier, ce baromètre, calculé tous les mois par le centre de recherches conjoncturelles (KOF) de l'École polytechnique fédérale de Zurich, a reculé pour le quatrième mois d'affilée, pour s'établir à 95 points, contre 96,4 points fin décembre.

Il se situe ainsi 5 points en dessous de sa moyenne à long terme, ont souligné les chercheurs du KOF dans un communiqué, la barre des 100 points servant de référence pour jauger de l'ampleur de la croissance ou, au contraire, de la tendance à la baisse de l'économie suisse.

"Les perspectives conjoncturelles de la Suisse demeurent modérées en ce début de 2019", ont pointé les chercheurs du KOF dans le communiqué.

Un repli lié à plusieurs facteurs

Ce nouveau repli du baromètre en janvier s'explique par les facteurs négatifs dans l'industrie et les services, mais aussi par le fait que les perspectives à l'exportation s'assombrissent, ont détaillé les chercheurs du KOF. 

Dans l'industrie manufacturière, les indicateurs sont surtout négatifs pour les carnets de commandes et la position concurrentielle des entreprises suisses. 

Les signaux sont en revanche positifs pour l'hôtellerie, le secteur bancaire, les assurances et la construction.

Mardi, l'administration fédérale des douanes a fait état d'une nette hausse des exportations de la Suisse en 2018, qui ont grimpé de 5,7% sur l'ensemble de l'année, malgré une évolution disparate d'un trimestre à l'autre. 

Le pic en 2018 ?

Selon une étude publiée mercredi par Fitch Solutions, l'économie suisse aurait atteint un pic en 2018.

Cette économie fortement tournée vers l'exportation reste vulnérable face aux risques protectionnistes, entre les risques liés à un Brexit désordonné, les points de désaccord entre la Suisse et l'Union européenne mais aussi le ralentissement de la croissance dans la zone euro, la Chine et les États-Unis, ont estimé les économistes de Fitch Solutions.

L'économie helvète est toutefois, selon eux, en meilleure position que nombre de pays voisins de la zone euro pour affronter un éventuel ralentissement de l'économie mondiale, entre autres au regard de sa plus faible dette publique.  

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."