Bilan

L'économie suisse a accusé un recul au premier trimestre (Seco)

L'économie helvétique a enregistré un recul de son PIB de 0,5% au premier trimestre par comparaison avec celui de 2020, alors que les feux clignotaient encore au vert au quatrième trimestre de l'année dernière (+0,1%), indique mardi le Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco) dans un communiqué.

Le durcissement des mesures prises par les autorités pour endiguer la crise pandémique ont eu raison de l'embellie de la croissance fin 2020, selon les économistes du Seco.

Crédits: Keystone

Ce chiffre correspond à la fourchette des attentes des analystes qui tablaient sur une baisse comprise entre 0,7% et 0,4%.

Les économistes du Seco expliquent que le durcissement des mesures prises par les autorités pour endiguer la crise pandémique ont eu raison de l'embellie de la croissance fin 2020, ce qui a généré une chute abrupte de la consommation des ménages.

Par contre, la reprise bien ancrée de l'industrie a permis de limiter une contraction du produit intérieur brut (PIB) qui aurait été encore plus forte. Et surtout, la croissance ne s'est pas effondrée comme ce fut le cas il y a douze mois.

La baisse a été particulièrement sévère dans l'hôtellerie et la restauration (-30,4%). Mais elle s'est aussi manifestée dans le domaine de la culture et des loisirs (-5,1%), de la santé et des activités sociales (-3%) et dans une moindre mesure dans les transports et la communication (-0,9%).

Il en résulte que les dépenses des ménages ont diminué de 3,3% au cours des trois premiers mois de 2021. Au final, le commerce de détail ne doit son relatif équilibre (-1,4%) qu'à la demande soutenue en produits alimentaires et en appareils électroniques. Mais le commerce dans son ensemble, frappé par la dégringolade du commerce de gros, a dévissé de 4,8%.

Rares furent les secteurs qui ont pu se distinguer au niveau des services: seuls les services financiers, avec l'aide des opérations à l'étranger, ont progressé (+2,6%) ainsi que l'administration publique (+0,7%).

Quant aux investissements dans la construction ils n'ont pratiquement pas bougé (+0,1%), alors dans le bâtiment et le génie civil ont perdu 0,5%. Même évolution négative pour les investissements en biens d'équipement qui ont lâché 0,4%.

Excellente tenue de l'industrie


Ambiance complètement différente dans l'industrie où l'évolution des chiffres est qualifiée "d'extrêmement positive" par le Seco, avec une valeur ajoutée et des exportations qui ont dépassé le niveau précédant la crise.

Ainsi, "contrairement au printemps 2020, les chaînes d'approvisionnement internationales n'ont guère été interrompues au semestre d'hiver", expliquent les experts de Berne. L'accélération de la demande de partenaires majeurs comme les Etats-Unis et la Chine ont été le moteur de ce renouveau, avec un bond de 4,9% dans l'industrie manufacturière par rapport au 4ème trimestre 2020.

Même cheminement positif pour les exportations de marchandises qui ont crû de 1,5%, bien que le commerce de transit ait accusé une baisse importante.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."