Bilan

Le taux de chômage se maintient à 2,9% en juillet

Pour le mois de juillet, le taux de chômage est resté stable, au même niveau qu'en juin. Sur une base annuelle, il a en revanche enregistré une baisse de 1,1%.

Le nombre de postes à pourvoir à quant à lui diminué à 13'240, soit 971 postes vacants de moins que le mois précédent, a indiqué le Seco.

Crédits: Keystone

Le nombre de chômeurs en Suisse a augmenté en juillet, après cinq mois de recul. Il s'est accru de 422 personnes à 127'054, pour un taux de chômage inchangé par rapport au mois de juin à 2,9% de la population active. Il sera difficile de descendre plus bas.

La progression constatée le mois dernier s'explique par l'arrivée de jeunes sur le marché du travail. L'effectif des chômeurs âgés entre 15 et 24 ans s'est accru de 11,3% sur un mois à 16'647, a indiqué vendredi le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO). En comparaison annuelle, il apparaît en revanche en baisse de 5,6%.

Par rapport à juillet de l'an dernier, le nombre total des chômeurs a reculé de 1,1%, soit de 1462 personnes, précise le SECO dans sa statistique mensuelle.

INCERTITUDES POUR LA SUISSE

"L'évolution de juillet ne constitue pas une surprise", a expliqué à l'ats Yves Flückiger, professeur d'économie à l'Université de Genève et directeur de l'Observatoire universitaire de l'emploi. Beaucoup de jeunes adultes sortent de formation et se mettent en quête d'un premier emploi.

Le phénomène est inhérent à juillet et à août. Sans compter que durant ces mois estivaux, les entreprises tournent au ralenti du fait des vacances. La poussée relevée chez les 15-24 ans en juillet devrait se résorber à partir de septembre, assure Yves Flückiger, quand l'activité aura complètement repris.

Au-delà, l'évolution de ces prochains mois demeure difficile à évaluer, notamment quant à l'éventualité d'approcher un taux d'équilibre ou "taux incompressible" que le professeur genevois situe à 2,6-2,7%. Les incertitudes conjoncturelles en zone euro et les tensions géopolitiques avec la Russie n'aident en tout cas pas.

DÉGRADATION À FRIBOURG

Dans le détail, Fribourg a réalisé la plus mauvaise performance parmi les cantons romands. Il a dénombré 262 chômeurs de plus pour un taux en hausse de 0,2 point à 2,7%, un coefficient qui reste toutefois le plus bas de Suisse romande. A fin juillet, le canton de Fribourg comptait 4155 chômeurs inscrits.

Genève a pour sa part évolué dans la stabilité avec son taux de chômage de 5,4% de la population active, toujours le plus élevé de Suisse. L'effectif des chômeurs dans le canton du bout du lac a cependant diminué de 56 pour s'établir à 12'685.

Le canton du Valais a connu une évolution identique. Son taux de chômage est resté inchangé à 3,3%, pour un nombre de chômeurs en recul de 108. Vaud affiche certes un coefficient stable à 4,6%, mais l'effectif des chômeurs a enregistré une légère hausse de 80 personnes à 17'196.

ET DANS L'ARC JURASSIEN

Les cantons de l'Arc jurassien ont pour leur part subi une légère augmentation de 0,1 point du taux de chômage. A Neuchâtel, celui-ci s'est du coup fixé à 5,1%, pour un effectif de chômeurs de 4536 (+75), alors que dans le Jura le coefficient s'est accru à 3,5%, pour un nombre de chômeurs de 1240 (+44).

Pour compléter le tableau de la Suisse latine, le canton du Tessin a connu une contraction infime du nombre des chômeurs (-4 à 5954), pour un taux stable de 3,7%. Enfin, Berne a maintenu son coefficient à 2,2% de la population active, malgré 311 chômeurs de plus en juillet à 12'191.

Le taux de chômage moyen de la Suisse latine (cantons romands avec le Tessin mais sans Berne) a diminué de 0,1 point à 4,2%.

MOINS DE PLACES VACANTES

En ce qui concerne l'ensemble des demandeurs d'emploi, leur nombre a augmenté de 133 en juillet par rapport à juin pour s'établir à 180'822. Sur un an, il ressort en recul de 0,3%. La catégorie rassemble les chômeurs ainsi que notamment les personnes en situation de gains intermédiaires ou au bénéfice d'une formation.

Les places vacantes annoncées auprès des offices régionaux de placement (ORP) ont de leur côté diminué de 971 en juillet pour atteindre 13'240. Quant au chômage partiel, soit les réductions de l'horaire de travail, il est demeuré à un bas niveau, touchant en mai 2034 personnes (+11%) et 203 entreprises (-2,9%).

Le SECO signale encore que 3189 chômeurs ont épuisé à fin mai leurs droits aux prestations de l'assurance chômage.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."