Bilan

Le tableau reste sombre pour les PME de l'industrie des machines

Environ un tiers des PME de l'industrie des machines, de l'électronique et de la métallurgie (MEM) ont enregistré une perte lors de leur exercice 2015 en raison du franc fort.

Pour améliorer la situation des PME, l'association faîtière plaide pour une réduction de la bureaucratie et de la réglementation.

Crédits: Keystone

Le tableau reste sombre pour les petites et moyennes entreprises (PME) de l'industrie des machines, de l'électronique et de la métallurgie (MEM), en raison du franc fort. Environ un tiers d'entre elles ont enregistré une perte lors de leur exercice 2015, selon un sondage de l'association Swissmechanic.

Ce sondage, mené au premier trimestre auprès des 1400 membres de la faîtière des PME de la branche, montre que la tendance négative se poursuit depuis l'abandon du taux plancher entre l'euro et le franc en janvier 2015. Cité dans un communiqué, Oliver Müller, directeur de Swissmechanic, parle d'une "évolution alarmante", qui place certaines entreprises face à des défis existentiels.

Nombre d'entre elles ont dû dissoudre des réserves pour compenser leurs pertes et Swissmechanic estime que les PME de la branche MEM ont perdu quelque 4000 emplois depuis l'abandon du taux plancher. La majorité des sociétés qui ont subi des pertes en 2015 sont des micro- et petites entreprises, qui comptent entre 1 et 49 employés.

Un autre tiers des entreprises interrogées a pu dégager un résultat légèrement positif, grâce à une optimisation des processus de production, une hausse du temps de travail ou des suppressions de postes. Mais leur situation est fragile, estime l'organisation faîtière, car elles souffrent notamment de coûts salariaux trop élevés par rapport à la concurrence étrangère.

Entreprises de niches

Le dernier tiers des entreprises sondées affiche en revanche des bons, voire très bons résultats pour l'année passée. Il s'agit de sociétés actives dans des niches, qui ont pu conquérir de nouveaux segments de clientèle ou générer de la demande grâce à des innovations et des offensives marketing, relève Swissmechanic.

La plupart d'entre elles sont des entreprises moyennes, qui disposent de suffisamment de ressources et de possibilités pour procéder par exemple à des investissements en Europe de l'Est.

Pour améliorer la situation des PME, l'association faîtière plaide pour une réduction de la bureaucratie et de la réglementation. Dans cette optique, elle salue les options prises cette semaine par le Conseil national dans le programme de législature. Elle exige maintenant des partis bourgeois, qui se sont renforcés au Parlement, une mise en oeuvre énergique.

Swissmechanic demande notamment d'éviter la création d'un "monstre bureaucratique" tel que le prévoit le projet présenté pour la mise en oeuvre de l'initiative sur l'immigration de masse. Il faudrait au contraire simplifier les procédures d'autorisation et de certification.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."