Bilan

Le système suisse décourage le travail féminin

Le marché du travail Suisse est le plus discriminatoire d’Europe concernant l’égalité homme-femme, selon une étude du journal britannique The Economist. En cause, le traditionalisme des représentations, et la difficile conciliation entre charges familiales et vie professionnelle.
  • La Suisse se situe au dernier rang européen pour l'égalité hommes-femmes face au travail.

    Crédits: Image: AFP
  • Le moment où une femme est enceinte est crucial: c'est souvent à ce moment-là que de nombreuses femmes suisses renoncent au travail ou passent ensuite à temps partiel.

    Crédits: Image: AFP
  • La Suisse n'ayant pas connu les conflits mondiaux du XXème siècle, sa population active masculine n'a pas été décimée et le travail féminin n'a pas été poussé par cet effet, restant majoritairement bloqué sur des modèles traditionnels.

    Crédits: Image: AFP

21ème sur 21 nations européennes mises à l’étude: le plafond de verre n’est clairement pas brisé pour les femmes suisses. Le «glass-ceiling index» publié ce vendredi par The Economist met en lumière la persistance du retard du pays sur le reste de l’OCDE, en termes d’égalité homme-femme face au travail. Très loin derrière les scandinaves, qui trustent le haut du classement, la Suisse se retrouve également, et de façon plus surprenante, bien en-deça des nations d’Europe du sud, comme l’Espagne, le Portugal et la Grèce, pourtant réputées moins progressistes en la matière.

Premières incriminées, les prestations souvent insuffisantes et chères proposées aux mères de famille qui choisissent de continuer à travailler. Les Suissesses touchent en moyenne 7,9 semaines de salaire plein pour leur congé maternité quand la moyenne de l’OCDE s’établit autour de 32,2 semaines, toutes prestations comprises. Le retour devient d’autant plus difficile, qu’une fois l’activité reprise, le coût de prise en charge d’un enfant s’établit à plus de 41% du revenu, contre 18,2% en moyenne dans l’OCDE. Un cas unique en Europe, comme le reconnaît Sylvie Durrer, directrice du Bureau fédéral de l’égalité entre femmes et hommes, «Le point faible en Suisse, c’est la conciliation entre vie professionnelle et famille.  Il y a peu de structures d’accueil et elles sont souvent tellement chères que ça ne vaut plus la peine de travailler à deux à temps complet.»

Un modèle traditionnel qui persiste

Chez près de trois quarts des couples avec enfant, le mari continue à travailler à plein temps quand son épouse réduit son activité ou la stoppe. Un choix en partie explicable par un différentiel salarial médian de 16,5%, mais aussi par des représentations sociales traditionnelles, solidement ancrées, selon Sylvie Durrer:  «Le modèle bourgeois des trente glorieuses, où monsieur travaille et madame garde les enfants, a longtemps persisté en Suisse. Parce qu’un salaire suffisait à faire vivre la famille, parce que le pays n’avait pas connu les guerres du XXème siècle, avait gardé ses hommes et pouvait facilement recourir à une main d’œuvre immigrée. Depuis les années 90, le modèle s’est modernisé. Les femmes gardent majoritairement leur emploi une fois mères, mais le plus souvent à temps partiel». 

L’évolution n’est que partiellement satisfaisante, le taux d’activité réduit pénalisant l’accès des femmes aux postes décisionnels. Selon le glass-ceiling index, on ne retrouve ainsi que 13% de femmes dans les boards des entreprises suisses, un des taux les plus bas de l’OCDE. Mais au-delà de la carrière, c’est la sécurité matérielle des femmes qui est en jeu, comme le rappelle Sylvie Durrer : «On décourage le travail féminin et après on le fait payer cher. Notamment en cas de divorce, d’invalidité, mais aussi à long terme lors du calcul de la retraite.»

Joan Plancade
Joan Plancade

JOURNALISTE

Lui écrire

Diplômé du master en management de l’Ecole supérieure de Commerce de Nantes, Joan a exercé pendant sept ans dans le domaine du recrutement, auprès de plusieurs agences de placement en France et en Suisse romande. Collaborateur externe pour Bilan, Il travaille en particulier sur des sujets liés à l’entreprise, l’innovation et l’actualité économique.

Du même auteur:

Les sociétés de conseil rivalisent avec l’IMD
Comment la sécurité se déploie aux frontières entre la France et la Suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."