Bilan

Le système de contrôle d'UBS était défectueux

Le système de contrôle interne d'UBS était déficient au moment où son ex-courtier Kweku Adoboli perdait plusieurs milliards de francs, a expliqué mardi Colin Bell, le chef du contrôle des risques de la banque suisse devant le Tribunal de Southwark Crown de Londres.
Le système était fiable, mais il n'a pas fonctionné comme il le devait dans certaines sections, en partie à cause d'une erreur humaine, a déclaré Colin Bell devant la Cour.

Selon Colin Bell, Kweku Adoboli a eu au moins une fois la possibilité de signer lui-même les ordres lorsque le système de la banque les vérifiait.

Colin Bell faisait partie de l'équipe de quatre membres qui a contrôlé le processus après que l'entreprise a pris connaissance des pertes.

2 milliards de dollars

Le courtier d'origine ghanéenne âgé de 32 ans est accusé d'une fraude ayant coûté à UBS 2 milliards de dollars (environ 1,85 milliard de francs). Il est poursuivi pour «abus de position» et «fraudes comptables».

Les faits se sont déroulés de 2008 à 2011. Il avait été arrêté en pleine nuit le 15 septembre 2011 dans son bureau de la City, et a passé neuf mois en prison avant d'être libéré sous caution en juin, surveillé en permanence par un bracelet électronique.

Il plaide non coupable et risque jusqu'à 10 ans de prison. Le procès doit durer jusqu'au 16 novembre.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."