Bilan

Le Seco relève sa prévision de croissance PIB 2015 à 0,9%

La Confédération a relevé très légèrement sa prévision PIB 2015 à 0,9%, contre 0,8% en juin. L'évolution économique devrait néanmoins rester timide au 2e semestre.

La situation économique s'améliorera à condition que la conjoncture internationale reste favorable et, notamment que la reprise se confirme dans la zone euro, avertit le Seco.

Crédits: Keystone

Le groupe d'experts de la Confédération a relevé très légèrement sa prévision PIB 2015 à 0,9%, contre 0,8% en juin. L'évolution économique devrait néanmoins rester timide au 2e semestre 2015 et se consolider seulement au cours de l'année 2016 en raison du fort ralentissement de la conjoncture observé suite à l'appréciation du franc à la mi-janvier, indique jeudi un communiqué du Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco).

Pour 2016, les experts ont diminué leur estimation de croissance PIB à 1,5% (prévision de juin: +1,6%). En outre le taux de chômage moyen annuel devrait passer de 3,3% en 2015 à 3,6% en 2016, selon le Seco.

La situation économique s'améliorera à condition que la conjoncture internationale reste favorable et, notamment que la reprise se confirme dans la zone euro, avertit le Seco.

Au premier semestre 2015, la croissance économique a pratiquement stagné en Suisse. La demande intérieure, notamment la consommation privée et les investissements en biens d'équipement, ont livré des impulsions positives à la croissance.

Par contre, les exportations de biens et services ont subi les effets négatifs de l'appréciation du franc à la mi-janvier et du léger ralentissement de la dynamique du commerce mondial.

IMPACT NÉGATIF DE LA BALANCE COMMERCIALE

"La balance commerciale contribuera négativement à la croissance du PIB en 2015 et livrera des impulsions légèrement positives en 2016", estime le groupe d'experts en raison de la situation sur le marché des changes et des attentes revues quelque peu à la baisse pour l'économie mondiale.

Par ailleurs, jusqu'à présent, l'appréciation du franc survenue à la mi-janvier semble plus visible dans la baisse générale et marquée des prix que dans les résultats économiques exprimés en terme réels (données en volume, corrigés des variations de prix), ajoute le Seco.

Ces réductions de prix marquées reflètent, d'une part, les lourdes pertes de marge consenties par de nombreuses entreprises pour rester compétitives, et d'autre part, elles traduisent également une baisse partielle des coûts pour les entreprises, expliquent les experts.

Les auteurs de l'étude notent aussi que cet été le climat des affaires ne semble pas s'être détérioré davantage pour les entreprises suisses: les principaux indicateurs de confiance, comme notamment les enquêtes du KOF et l'indice des directeurs d'achat (PMI), qui s'étaient fortement dégradés au printemps, se sont récemment (juillet/août) stabilisés.

"La légère amélioration de la situation monétaire, face à l'euro notamment, pourrait y avoir contribué", relève le Seco.

CONSOMMATION PRIVÉE EN HAUSSE

A l'avenir, la demande intérieure devrait certes continuer à soutenir la croissance, mais avec certaines limites. Les investissements dans la construction, notamment, qui ont largement soutenu la conjoncture depuis la crise financière, affichent désormais des tendances au ralentissement.

En revanche, la consommation privée devrait continuer à augmenter grâce à une expansion constante de la population et à la hausse des salaires réels, même si la détérioration de la situation sur le marché du travail pourrait légèrement freiner la dynamique de la consommation.

Concernant le marché du travail, les experts précisent que la dynamique conjoncturelle morose devrait encore peser pour plusieurs trimestres. Ils tablent sur une croissance moyenne annuelle de l'emploi de 0,9% pour 2015 et de 0,8% pour 2016.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."