Bilan

Le poids de la classe moyenne diminue en Suisse

Une étude montre que la participation de la classe moyenne à la prospérité du pays s’est amoindrie entre 2004 et 2014.

La hausse des revenus de la classe moyenne est inférieure à celle de l'ensemble de la population.

«La croyance populaire que les riches deviennent de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres semble se vérifier ces dix dernières années sur la base des données fiscales du revenu net et de façon relative en comparant les différentes classes sociales», affirme Rudi Peters, statisticien auprès de l’Administration fédérale des contributions dans une analyse publiée récemment dans La Vie économique (une publication du Département de l’économie, de la formation et de la recherche).

Lire aussi: Comment soutenir la classe moyenne

L’étude de Rudi Peters se penche sur l’évolution de la classe moyenne helvétique entre 2004 et 2014 à travers les relevés fiscaux. En fait partie tout contribuable dont le revenu équivalent net (1) se situe entre 35'300 francs et 86'900 francs en 2014. Sur cette base, elle comprend la moitié des contribuables suisses.

La part de la classe moyenne

est passée de 55,95 à 54,53%

Au cours des dix années prises en compte par l’analyse, la part de la classe moyenne par rapport à la masse globale des revenus nets générés par les personnes physiques s’est réduite de 55,95% à 54,53%.

Au plan régional, sa participation au revenu cantonal a baissé dans 22 cantons. C’est à Schwyz (-8,27 points de pourcentage), Genève (-5,66 points), Nidwald (-5,58 points) et Bâle-Ville (-3,6 points) que les reculs sont les plus importants. Seuls quatre cantons ont enregistré une hausse: Appenzell Rhodes-Intérieures, Argovie, Glaris et Jura.

Le revenu net de la classe inférieure

n’a progressé que de +0,63% par an

Entre 2004 et 2014, le revenu équivalent net de la classe moyenne a progressé de +1,2% par an à 54 857 francs. C’est non seulement moins que l’augmentation perçue par les 10% des contribuables les plus riches dont les revenus se sont appréciés de +2,21% par an, mais c’est également moins que la hausse enregistrée par l’ensemble de la population (+1,42% par an). Seule consolation: le revenu équivalent net de la classe inférieure n’a progressé que de +0,63% par an.

Selon les données calculées avant impôts par cette étude, «la participation de la classe moyenne à la richesse nationale s’amoindrit», constate Rudi Peters.

Lire aussi: Sauver la classe moyenne, et ressusciter

Jean Philippe Buchs
Jean-Philippe Buchs

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Journaliste à Bilan depuis 2005.
Auparavant: L'Hebdo (2000-2004), La Liberté (1990-1999).
Distinctions: Prix Jean Dumur 1998, Prix BZ du journalisme local

Du même auteur:

Comment l’Institut de Glion se développe en Gruyère
Le nouveau défi de Bernard Lehmann

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."