Bilan

Le parti socialiste veut imposer les futurs bonus et vite

A quelques jours du probable oui à l'nitiative «Halte aux privilèges fiscaux», le PS veut aller vite. Et Christian Levrat n'hésite pas à réinjecter ses idées, comme la taxation des bonus, dans la future loi d’application
Le PS en est persuadé, un Oui à Minder dimanche prochain 3 mars est un signal pour «plus de justice sociale» et pour l’ouverture d’un processus de révision de la politique salariale en Suisse.

C’est le message fort qu’ont voulu faire passer le président du PS Christian Levrat et les conseillers nationaux, spécialistes de l’économie au PS, la Bâloise Susanne Leutenegger Oberholzer et le Vaudois Jean Christophe Schwaab lors d’une conférence de presse à Berne. Et ce à quelques jours d’une votation donnée largement gagnante pour le texte de l’entrepreneur schaffhousois (64% de oui lors du dernier sondage).

Pour aller très vite

Le PS demande également une mise en application très rapide par le biais d’une ordonnance du Conseil fédéral. «Contrairement à ce que prétendent les milieux économiques et les partis de droite l’application du texte de Minder est très aisée, et peut aller très vite», affirme Christian Levrat.

Aussi, le PS a déjà un projet d’ordonnance prêt à l’emploi pour le Conseil fédéral. «En quelques mois, tout peut être prêt pour respecter les 24 articles de l’initiative Minder», lance le président du PS qui estime néanmoins qu’il faudra parallèlement de 2 à 3 ans pour concrétiser la loi d’application finale.

Une initiative Minder que le PS soutient depuis le début, mais qu’il estime «nécessaire, mais pas suffisante», résume Jean Christophe Schwaab en écho aux paroles martelées par son président de parti. Le Vaudois a présenté les «améliorations» que le PS aimerait faire figurer dans la loi finale.

Imposer les bonus?

Il s’agit de reprendre certains points du contre-projet indirect comme l’action en restitution des rémunérations touchées indûment; ajouter certaines obligations aux règlements de rémunération (interdiction de verser un bonus de 1 million en cas de pertes dans l’entreprise ou différer dans le temps les bonus supérieur à 20% à la rémunération totale. Ainsi que soumettre à l’impôt les bonus de plus de 2 millions, comme le demandait le contre-projet direct à l’initiative Minder qui a failli passer au Parlement.

Tous ces éléments font dire à Christian Levrat que le débat pourrait aller assez vite. «Nous n’inventons rien, nous faisons une synthèse de différentes pistes explorées ces 5 dernières années autour du texte de Minder». Et qu’on n’accuse pas Christian Levrat, le président du PS, de récupération par anticipation…

«Nous sommes encore en campagne et appelons tous à voter. Le 80% des membres du PS soutiennent le texte de Minder. Et plus le oui sera important, plus le signal sera fort. Les gens veulent que les rémunérations abusives, ça cesse!» constate Christian Levrat.
Xavier Alonso

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."