Bilan

Le groupe BMC se restructure

Le groupe soleurois BMC, contrôlé par le fondateur de Sonova Andy Rihs, opère une restructuration en vue d'accroître sa rentabilité.
Andy Rihs va céder la présidence du conseil d'administration de BMC. Crédits: ARCHIVES
Le fabricant de cylcles établi à Granges et regroupant les marques BMC, Bergamont et Stromer a nommé un nouveau directeur en la personne de Erwin Steinmann.

Le nouveau patron du groupe, qui aura pour tâche de mettre en oeuvre le programme d'économies, entrera en fonction à compter du début de l'an prochain, a annoncé jeudi BMC. Il succédera à l'actuel patron et copropriétaire, Thomas Binggeli, lequel reprendra à Andy Rihs la présidence du conseil d'administration.

Toutefois, le fondateur du fabricant d'appareils auditifs zurichois Phonak - devenu depuis Sonova - conservera un mandat d'administrateur. Agé de 71 ans, ce passionné de cyclisme, qui a notamment créé deux équipes professionnelles, à savoir Phonak puis BMC, accompagnera la réorientation du groupe. Celle-ci consiste notamment à une adaptation des processus de transformation et une réduction des coûts.

Si BMC est parvenu à accroître son chiffre d'affaires de 10% à 140 millions de francs, la rentabilité demeure insuffisante, a indiqué Thomas Bingelli, sans vouloir donner de chiffres. Cette année, l'entreprise a vendu au total 220'000 vélos.

Alors que les marques Stromer (vélos électriques) et BMC affichent une croissance, il est important de réorganiser le groupe pour le rendre plus économique, plus rentable et plus compétitif, explique Thomas Binggeli, cité dans le communiqué. BMC vise aussi à renforcer sa force de vente par une focalisation sur les produits haut de gamme.

Processus à définir

La procédure exacte sera définie et mise en oeuvre au cours de l'an prochain. La restructuration ne concerne pas la marque allemande Bergamont. L'impact en matière d'emplois reste pour l'heure inconnu, mais une réduction d'effectifs ne peut pas être exclue, selon Thomas Binggeli. Le groupe BMC compte 250 collaborateurs dans le monde, dont 200 en Suisse.

A fin février, le groupe a ouvert un nouveau site de fabrication de vélos électriques de la marque Stromer à Oberwangen (BE). L'investissement dans cette usine de 4400 mètres carrés s'est monté à 10 millions de francs. La fabrique compte 70 salariés. Une expansion des capacités est prévue.

Mais le lucratif marché des vélos électriques connaît une concurrence accrue. Ce secteur d'activité nécessite en outre des capitaux et un certain savoir-faire. Le sous-traitant automobile allemand Bosch s'est lancé il y a deux ans dans ce segment. Le japonais Shimano, un équipementier du secteur, va aussi produire ses propres modèles.
Jean-Claude Meier

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."