Bilan

Le franc reste surévalué, selon le patron de la BNS

Selon Thomas Jordan, "l'euro ne s'est pas seulement déprécié face au franc suisse, mais aussi face au dollar et face à la livre sterling. Il s'agit donc d'une situation d'un euro faible et non d'un franc fort".

"Le franc est surévalué et une surévaluation se corrige toujours au fil du temps. Reste à savoir quand", a affirmé le numéro un de la BNS.

Crédits: Keystone

Le franc suisse demeure surévalué, a affirmé le président de la Banque nationale suisse (BNS) Thomas Jordan, cité vendredi par le quotidien valaisan "Le Nouvelliste".

Le patron de l'institut d'émission, invité jeudi au Forum Business Valais, est revenu sur l'abandon du taux plancher mi-janvier. "Cette décision était inévitable en raison de l'évolution de la situation internationale", a rappelé M. Jordan.

Selon ce dernier, "l'euro ne s'est pas seulement déprécié face au franc suisse, mais aussi face au dollar et face à la livre sterling. Il s'agit donc d'une situation d'un euro faible et non d'un franc fort".

"Le franc est surévalué et une surévaluation se corrige toujours au fil du temps. Reste à savoir quand", a poursuivi le numéro un de la BNS.

Depuis l'abandon du taux plancher EUR/CHF le 15 janvier, qui conduit à une brusque appréciation de la monnaie helvétique face à l'euro en dessous de la parité, le franc s'est relâché de plus de 9%. La paire évoluait vendredi matin à 1,0850.

Thomas Jordan a également abordé l'évolution des prix. Après une inflation attendue fortement négative cette année et une légère amélioration en 2016, la BNS s'attend "à ce que l'inflation redevienne positive au début de 2017".

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."